Tentative de putsch en Turquie: La purge s’amplifie avec 7.500 gardés à vue

Le pouvoir turc a intensifié lundi les purges, avec 7.543 militaires et magistrats placés en garde à vue, et près de 9.000 policiers, gendarmes et fonctionnaires démis. Le Premier ministre turc Binali Yildirim a également annulé les congés annuels des trois millions de fonctionnaires turcs.

Cette purge se fera « dans le cadre du droit », a soutenu le chef du gouvernement, en réponse à l’Union européenne et aux États-Unis, qui ont uni leurs voix lundi à Bruxelles pour sommer le régime turc de ne pas tomber dans l’arbitraire.

« Nous appelons fermement le gouvernement de Turquie à maintenir le calme et la stabilité dans le pays, et nous appelons aussi le gouvernement de Turquie à respecter les institutions démocratiques de la nation et l’État de droit », a affirmé le secrétaire d’État américain John Kerry, à l’issue d’une réunion avec ses homologues de l’Union européenne.

L’UE a elle aussi signifié à la Turquie qu’un rétablissement de la peine de mort – abolie en 2004 dans le cadre des négociations d’adhésion – lui fermerait la porte du bloc européen.

Recep Tayyip Erdogan avait pourtant évoqué cette éventualité en s’adressant dimanche à une foule de partisans réclamant la tête des factieux.

Binali Yildirim a soufflé lundi le chaud et le froid, soulignant qu’en la matière il ne fallait pas se précipiter, mais que « la demande du peuple ne peut pas être ignorée ».

La terminologie officielle s’est aussi durcie à l’encontre des rebelles, désormais qualifiés de « groupe terroriste » par le ministère des Affaires étrangères.

Dans les rues d’Istanbul, si l’activité semblait reprendre normalement ce lundi, quelque 1.800 membres des forces spéciales de la police y étaient déployés pour en sécuriser les points sensibles, selon l’agence de presse Anadolu.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.