Inde: une militante met un terme à 16 ans de grève de la faim

Après 16 années de jeûne, Irom Sharmila va enfin se réalimenter. Cette militante des droits de l’homme ne mangeait plus depuis 2000.

Irom Sharmila, une Indienne défenseuse des droits de l’homme, a annoncé mardi qu’elle allait mettre fin à 16 ans de grève de la faim. Elle entend se concentrer sur sa candidature aux élections du Manipur, son Etat du nord-est du pays.

Sharmila est surnommée la « dame de fer de Manipur » pour son engagement non violent contre les exactions commises dans la région. Elle mettra fin à son jeûne le 9 août.

Elle est sous contrôle judiciaire pratiquement depuis le début de sa grève de la faim qu’elle a entamée en 2000 pour demander la fin des pouvoirs spéciaux accordés aux forces de sécurité dans cette région confrontée à une insurrection séparatiste.

Elle est confinée dans une chambre d’hôpital de la principale ville du Manipur, Imphal, inculpée pour tentative de suicide, et est nourrie de force par sonde nasale plusieurs fois par jour.

Candidate indépendante

« J’ai décidé de mettre fin à 16 ans de grève de la faim le 9 août et de me présenter aux élections de l’Etat comme candidate indépendante », a dit cette femme de 44 ans à la sortie du tribunal d’Imphal. « Mon combat a été solitaire jusque-là. Aussi, j’ai décidé de mener la guerre de façon démocratique contre la loi en devenant parlementaire, au lieu de continuer mon jeûne », a-t-elle ajouté.

Sharmila avait cessé de manger et de boire après avoir assisté à la mort de 10 civils à un arrêt de bus, tués probablement par l’armée, près de chez elle.

Dans le nord-est de l’Inde et au Cachemire, une législation spéciale accorde aux forces armées le droit de pénétrer dans des propriétés privées et de tirer à vue, mesure qui est critiquée par les défenseurs des droits de l’homme. Ceux-ci assurent qu’il s’agit d’une couverture des exactions.

Le gouvernement justifie cette législation par la nécessité de combattre les multiples groupes rebelles qui demandent une plus grande autonomie et des droits accrus aux communautés tribales.

Sources : ATS/Times of India

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.