Cleveland transformée en forteresse pour la convention républicaine

La ville américaine de Cleveland se transformera en camp retranché la semaine prochaine pour la convention républicaine, les autorités étant sur les dents face aux risques accrus d’attentats ou de manifestations violentes ciblant Donald Trump.

Une convention d’investiture aux États-Unis implique toujours un gros dispositif sécuritaire, selon la classification en vigueur du ministère de la Sécurité intérieure. Mais celle du Parti républicain, du 18 au 21 juillet dans cet ancien pôle industriel du Midwest, s’inscrit dans un contexte extraordinaire.

cleveland convention

Le Parti républicain tiendra à Cleveland, du 18 au 21 juillet, sa convention d’investiture

La réunion qui doit officiellement introniser le milliardaire candidat à la Maison-Blanche se déroulera quelques jours après l’attaque meurtrière de Nice, moins de deux semaines après qu’un tireur eut abattu cinq policiers au Texas et un mois après le massacre perpétré par un Américain radicalisé dans une boîte gaie de Floride.

À cela s’ajoute la personnalité extrêmement clivante de Donald Trump, dont les déclarations incendiaires, ses stigmatisations des musulmans et des Hispaniques lui valent de se voir reprocher d’attiser les haines et d’enhardir ses partisans à faire parler leurs poings.

Les lieux de déplacement du magnat de l’immobilier sont déjà devenus le rendez-vous de militants antiracistes et libertaires, ou de défenseurs des sans-papiers et la longue campagne des primaires a enregistré des débordements inédits qui ont transformé rassemblements en foire d’empoigne.

En flirtant en permanence avec les lignes rouges, en injuriant ses principaux rivaux républicains – le « petit » Marco Rubio et le « menteur » Ted Cruz -, Donald Trump a aussi créé des fractures dans le Grand Old Party et certains délégués présents à Cleveland pourraient le dénoncer avec véhémence.

Armes en port libre

Enfin, la loi locale permettant dans l’Ohio de se déplacer sur la voie publique en portant une arme de façon visible ne pourra que compliquer les choses, même si cette possibilité sera interdite dans le coeur de la conférence.

« On prendra toutes les mesures nécessaires », affirme à l’AFP Paul Fronckowiak, un des milliers de policiers qui seront mobilisés la semaine prochaine. Certains se déplaceront à cheval.

Le ministère de la Sécurité intérieure dépêchera lui plus de 1000 agents, dont des membres des services secrets, une force d’élite spécialisée dans la protection des personnalités.

« Chaque fois qu’un événement politique suscite une attention nationale, il existe un risque que cela attire des groupes prêts à commettre des actes de terrorisme intérieur », a déclaré jeudi le chef du FBI, James Comey.

Jeudi, les autorités ont présenté aux médias certains des moyens disponibles, parmi lesquels un robot de déminage dernier cri.

« Nous sommes préparés à toutes les éventualités », a martelé Calvin Williams, le chef de la police de Cleveland.

Manifs des extrêmes

Le site choisi pour la convention est la salle omnisports où le club de basketball des Cavaliers de Cleveland, actuel champion de la NBA, joue ses matchs à domicile.

Les premières manifestations sont attendues dès ce week-end, avec notamment une marche dimanche dénonçant le racisme, l’homophobie et les agressions contre les immigrés.

Lundi, quelques heures avant l’ouverture de la convention, l’organisation Stand Together Against Trump espère réunir des milliers de personnes dans un périmètre approuvé par la mairie.

« C’est l’occasion de montrer notre unité », assure Jana Hambley, une coordinatrice de l’événement, annoncé comme pacifique. La police redoute toutefois que des anarchistes ou des casseurs infiltrent ce rassemblement.

Des groupes d’extrême droite, certains prônant la suprématie de la race blanche, sont également attendus à Cleveland, tout comme des membres de l’organisation the Oath Keepers, des militaires actifs ou retraités qui ont tendance à manifester lourdement armés.

Ces armes en port libre autorisé contribuent clairement à accentuer les tensions. « Est-ce la porte ouverte à une situation de crise ou à un drame ? Tout le monde ignore dans quel sens cela va pencher », estime Ryan Lenz, du Southern Poverty Law Center, une ONG spécialisée dans l’étude des groupuscules radicaux américains.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.