2,5 millions de nouveaux cas de Sida chaque année dans le monde

Le virus du Sida est loin d’être vaincu. Chaque année, 2,5 millions de nouvelles infections sont enregistrées, très majoritairement en Afrique subsaharienne. En Europe, ce sont la Russie et l’Ukraine qui sont les plus touchées.

Deux millions et demi de personnes sont encore infectées chaque année dans le monde par le virus du sida (VIH). Un chiffre qui ne recule plus depuis dix ans, pointe une étude publiée mardi à l’occasion de la conférence internationale sur le sida, organisée à Durban, en Afrique du Sud.

Cette nouvelle analyse donne « une image inquiétante de la lenteur des progrès » pour réduire les nouvelles infections par le VIH, selon le Dr Haidong Wang de l’Institut de métrologie sanitaire et d’évaluation (IHME) à l’Université de Washington à Seattle (États-Unis). Il est le principal auteur de cette étude parue dans la revue médicale The Lancet HIV.

Selon cette publication, le nombre annuel de nouvelles infections est resté relativement constant dans le monde ces dix dernières années. Il y a près de 7000 nouveaux cas par jour.

Financements requis

En 2015, trois-quarts des nouvelles infections sont survenues en Afrique subsaharienne. En Europe, ce sont la Russie (57’340) et l’Ukraine (13’490) qui présentaient en 2015 le plus grand nombre de nouvelles infections.

La situation pourrait encore s’aggraver avec la baisse des financements des programmes de lutte contre le VIH, s’inquiètent les spécialistes. « Une augmentation massive des efforts des gouvernements et des organismes internationaux est requise pour atteindre les quelque 36 milliards de dollars (33 milliards d’euros) nécessaires chaque année pour réaliser l’objectif de mettre fin au sida d’ici 2030 », a prévenu Christopher Murray, directeur de l’IHME.

Selon l’étude, 38,8 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2015 contre 28 millions en 2000. Après un pic de 1,8 million en 2005, les décès dus au sida ont baissé à 1,2 million en 2015, notamment grâce à l’intensification des traitements antirétroviraux (ARV) et à la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant.

Source : ATS

Mots clés:
· · · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.