La chaîne de burgers Byron aurait piégé ses employés sans-papiers

L’affaire fait grand bruit au Royaume-Uni. La chaîne de burgers britannique Byron est accusée d’avoir organisé un traquenard pour aider la police à arrêter une trentaine de ses salariés étrangers en situation irrégulière, rapportaient jeudi plusieurs médias.

Le ministère de l’Intérieur a confirmé que 35 personnes, originaires du Brésil, du Népal, d’Egypte ou encore d’Albanie avaient été arrêtées, pour infraction à la législation sur l’immigration, lors d’une descente de police organisée le 4 juillet dans plusieurs restaurants Byron.

Selon un salarié cité par le quotidien The Guardian, le personnel avait été convoqué ce jour-là en début de matinée par la direction pour un exercice de sécurité sanitaire et s’était en fait retrouvé confronté aux forces de l’ordre.

byron burgers

Créé en 2007, Byron regroupe une soixantaine de restaurants dont plus de la moitié à Londres

«C’est dégoûtant. Certaines de ces personnes travaillaient là depuis quatre ou cinq ans et elles n’ont même pas pu dire au revoir», a déclaré cet employé dont le nom n’a pas été publié.

El Iberico, journal en langue espagnole basé à Londres, le premier à révéler l’affaire, a rapporté qu’au moins 15 restaurants de la chaîne avaient été visés et affirmé, citant également un salarié anonyme, que depuis une centaine de ses salariés, qui avaient pu échapper aux contrôles, se cachaient.

Le groupe Byron a confirmé les descentes des services du ministère de l’Intérieur dans ses locaux mais a refusé de répondre aux accusations selon lesquelles elle avait tendu un piège à ses salariés. «Nous sommes fiers de la diversité de nos équipes, constituées de personnes de tous milieux et tous horizons», a déclaré la chaîne dans un communiqué, soulignant que certains de ses salariés avaient produit de faux papiers.

Dans un communiqué, le ministère de l’Intérieur a expliqué que «l’opération avait été organisée avec la pleine coopération du groupe» mais n’a pas commenté les accusations de traquenard.

Un appel au boycott de la chaîne et à manifester lundi devant son restaurant de Holborn, dans le centre de Londres, a été lancé sur Facebook par plusieurs groupes de soutien aux migrants, parmi lesquels London Latinxs, Black Dissidents ou Lesbians and Gays.

Créé en 2007, Byron, qui propose des burgers dits «de qualité», regroupe une soixantaine de restaurants dont plus de la moitié à Londres.

Avec AFP

Catégorie de l'article:
Pure FLOP
Publié par:

Commentaires à La chaîne de burgers Byron aurait piégé ses employés sans-papiers

  • d’autant plus degoutant que cette compagnie est formee d’ex banquiers qui ont realise des profits de 14 millions de livres sterlings depuis 2013 , un paquet planque dans des paradis fiscaux, Byron ne paie pas d’impots sur ses profits mal gagnes, les sans papiers eux paient des impots deduits a la source!!!

    eva 02/08/2016 17 h 37 min

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.