Facebook, un cimetière digital en expansion

Le nombre de morts parmi les abonnés de Facebook augmente. A peine 8 ans après le lancement du réseau social, 30 millions d’utilisateurs seraient morts, et leur nombre ne fait que croître.

Plusieurs estimations indiquent que plus de 8 000 utilisateurs du célèbre réseau social meurent chaque jour. A un moment donné, Facebook comptera donc plus d’utilisateurs morts que de vivants, ce qui fait de lui un cimetière digital en expansion.

Après la mort d’un utilisateur, plusieurs possibilités s’offrent à ses proches : Un grand nombre de profils annoncent le décès de leur propriétaire, après quoi ils sont «commémorés».  L’expression «en souvenir» apparaît à côté du nom de la personne sur son profil et cet utilisateur cesse d’apparaître dans le fil d’actualités de ses contacts.

facebook-cimetiere

Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. Pour certains, leur identité digitale continue de vivre, ainsi que leurs commentaires, leurs «j’aime» etc.  Cette forme d’âme digitale ne fait , d’ailleurs, pas l’unanimité.

Aussi, si certaines familles conservent le profil d’un défunt afin de l’utiliser comme un mémorial virtuel, beaucoup préfèrent supprimer le compte.

La mort digitale continue d’intéresser plusieurs chercheurs et selon un statisticien américain, plus d’un profil sur deux appartiendra à un mort en 2098.  Publiée en mars dernier par le site internet américain Fusion, l’étude indique que le nombre de profils appartenant à des morts sera supérieur à celui des profils détenus par des vivants dès cette fameuse année.

Cette estimation se fonde sur le profil démographique des utilisateurs actuels du réseau social, soit environ 1,5 milliard de personnes sur la planète.

 

Mots clés:
· ·
Catégorie de l'article:
Pure Pépite
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.