Yahoo! sous pression après la confirmation de piratage

Le groupe internet Yahoo! faisait face vendredi à une pression importante pour expliquer comment plus de 500 millions de comptes d’utilisateurs ont pu être piratés fin 2014 par une organisation, affirme-t-il, probablement liée à un État.

Le géant américain, en pleine revente de ses activités Yahoo mail et Yahoo News à l’opérateur des télécoms américaines Verizon, a confirmé jeudi avoir été victime de vols de données d’un demi-milliard de comptes.

Ce n’est pas la première fois que Yahoo! est victime d’infiltration illégale dans ses bases de données : en 2012 des pirates avaient réussi à voler les mots de passe et noms d’utilisateurs de 453 000 comptes.

Mais cette intrusion pourrait être l’une des plus importantes de l’histoire, selon la société de sécurité Symantec.

Elle situe cette attaque comme l’une des « mégabrèches », dans la lignée d’une série déjà vues en 2014.

Les pirates ont volé des informations personnelles, noms, dates de naissance, adresses électroniques, numéros de téléphone ou mots de passe, a énuméré le groupe mais pas de données bancaires.

Le portail américain qui revendiquait un milliard de comptes en 2012, affirme collaborer étroitement avec les autorités.

Le groupe, qui n’accuse personne nommément, a jeté la responsabilité sur « une entité probablement liée à un État ».

En 10 ans, les cyberattaques contre les entreprises et les entités américaines ont quasiment quadruplé, selon le cabinet Identity Theft Resource Center.

La Chine pointée du doigt

À chaque grande opération de piratage, c’est la Chine qui est pointée du doigt.

« Si je dois annoncer la mauvaise nouvelle que mon entreprise a été piratée et qu’au moins 500 millions de comptes sont affectés, je me sentirais plus soulagé de dire que les pirates informatiques sont  » commandités par un État  » que de dire que c’est une bande de jeunes de 15 ans d’un endroit mal famé de la ville », estime un expert en sécurité informatique, Graham Cluley.

En l’espèce, affirme le spécialiste Timothy Carone, cette cyberattaque semble correspondre aux grosses opérations que l’on soupçonne lancées par des agences d’espionnage chinoises, russe ou encore nord-coréenne.

Au-delà de Yahoo!, les piratages se sont ainsi multipliés ces derniers mois aux États-Unis, la plupart visant les systèmes informatiques internet de grands groupes comme les distributeurs Home Depot et Target, la première banque américaine JPMorgan Chase, l’assureur santé Anthem ou encore l’éditeur de logiciel Adobe.

Source : AFP

Mots clés:
· · · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.