Une enquête ouverte à New York sur la Fondation Trump

Le procureur général de l’État de New York a annoncé mardi avoir ouvert une enquête sur la fondation de Donald Trump, évoquant des soupçons d’« irrégularités » au sein de l’organisme caritatif du candidat républicain à la présidence américaine.

« Nous sommes préoccupés par le fait que la Fondation Trump a commis des irrégularités », a déclaré Eric Schneiderman sur la chaîne CNN, disant agir « en qualité de régulateur des organismes à but non lucratif de l’État de New York ».

Le procureur a affronté le milliardaire pendant des années à propos des programmes de l’Université Trump, l’accusant de « fraude pure et simple ».

La Fondation Trump doit faire face à une série d’accusations embarrassantes, dont celles du Washington Post selon lequel le candidat à la Maison-Blanche n’a pas versé de dons à sa propre fondation depuis 2008.

Parmi les irrégularités soulevées par le journal, l’achat par M. Trump d’un portrait de lui-même pour 20 000 dollars qui étaient initialement réservés à des fins caritatives.

Le versement illégal en 2013 de 25 000 dollars de dons à un groupe de campagne lié au procureur général de Floride Pam Bondi, au moment où cette dernière envisageait de rejoindre Eric Schneiderman dans l’affaire de fraude de l’Université Trump, pose aussi question.

« Nous avons enquêté là-dessus et nous avons eu des contacts avec eux », a indiqué le procureur général, ajoutant : « Nous avons ausculté la Fondation Trump pour être sûrs qu’elle respecte les lois régissant les organismes caritatifs de New York. »

Des membres démocrates de la Commission des affaires judiciaires de la Chambre des représentants ont réclamé dans une lettre ouverte à la ministre de la Justice Loretta Lynch une enquête sur les dons versés à Pam Bondi.

« Après réception de ces fonds, Mme Bondi n’a pas voulu poursuivre l’enquête sur les intérêts financiers de M. Trump. Cet enchaînement prouve que ces versements ont peut-être influencé la décision de Mme Bondi de ne pas prendre part aux poursuites contre M. Trump », affirment les élus démocrates.

« Un certain nombre de lois pénales pourraient avoir été violées par une telle conduite », estiment-ils.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.