Trump se sépare de son directeur de campagne

Le républicain Donald Trump peine à passer la vitesse supérieure dans sa quête de la Maison-Blanche, à moins d’un mois de la convention d’investiture de Cleveland. Son directeur de campagne controversé, Corey Lewandowski, a été limogé, rapporte l’AFP.

Le directeur de campagne controversé de Donald Trump, Corey Lewandowski, a été remercié, bien qu’on ignore les termes de son départ. Le milliardaire a longtemps défendu son collaborateur, crédité pour les victoires initiales des primaires notamment dans le New Hampshire, le deuxième État à avoir voté, en février dernier.

Mais Corey Lewandowski illustrait les limites du modèle Trump. Le milliardaire populiste a défié tous les codes en faisant campagne avec de grands rassemblements et en exploitant le média télévisuel, négligeant de mailler le territoire de locaux de campagne et de bénévoles, et économisant sur le budget publicitaire.

Cette façon iconoclaste de faire campagne, centrée sur sa personne, restreint la capacité de Donald Trump à changer de dimension pour mobiliser l’ensemble de l’électorat américain, et non plus les 31 millions d’électeurs républicains qui ont participé aux primaires.

« Cette équipe de campagne a des problèmes profonds », a dit le politologue Larry Sabato sur CNN. « Cette campagne est sous-financée, mal organisée. Et il y a beaucoup d’interrogations sur l’organisation de la convention ». « L’équipe de Clinton a des années-lumière d’avance sur l’équipe de Trump », ajoute cet expert.

Preuve en est le lancement jeudi dernier par Hillary Clinton, mieux financée par des dons de sympathisants et de grands donateurs, d’une formidable campagne publicitaire télévisée dans huit États stratégiques américains (Caroline du Nord, Colorado, Floride, Iowa, Nevada, New Hampshire, Ohio et Virginie). Ces publicités seront diffusées pendant six semaines, jusqu’aux conventions.

 

Selon le New York Magazine, les trois enfants adultes de Donald Trump ont exigé de leur père qu’il limoge Corey Lewandowski, jugé pas au niveau pour la suite de la campagne. Le nouvel homme fort s’appelle Paul Manafort, un vétéran républicain qui avait rejoint l’équipe le 29 mars pour professionnaliser les opérations.

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.