Syrie: des habitants d’Alep fuient les bombes

Plusieurs dizaines d’habitants du côté rebelle de la ville syrienne d’Alep ont fui samedi à l’aube leurs quartiers par peur de raids aériens du régime qui ont repris pour le neuvième jour consécutif, a constaté un correspondant de l’AFP.

Ailleurs en Syrie, une trêve temporaire entrée en vigueur à minuit semblait tenir sur deux fronts, le nord de la province de Lattaquié et la Ghouta orientale près de Damas. Aucun tir n’a été enregistré dans ces régions ayant été le théâtre de violents combats les dernières semaines.

Dans les secteurs rebelles d’Alep, deuxième ville du pays, un correspondant de l’AFP a vu plusieurs familles quitter vers 5 h le quartier de Boustane al-Qasr, soumis depuis des jours à de violents bombardements.

« La situation est devenue insupportable », a déclaré à l’AFP Abou Mohammad, parti de son domicile avec sa femme et ses cinq enfants. « Un de mes bambins est terrifié par les bombes et, depuis une semaine, plus personne ne vient acheter chez moi », assure ce marchand d’électroménagers. « Tout est paralysé ».

Selon l’agence de presse, certaines familles décident de se réfugier dans des quartiers plus sûrs de l’agglomération, tandis que d’autres quittent la ville par la route du Castello, seule sortie pour les habitants des quartiers rebelles presque totalement assiégés depuis plusieurs mois. Cette voie, située au nord-est de l’ex-capitale économique du pays, est dangereuse car elle est également prise pour cible par des tireurs.

Près de 200 000 habitants résideraient dans la partie rebelle, à l’est de la ville divisée depuis 2012, selon des chiffres non officiels.

Mots clés:
· ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.