Séisme en Italie: le bilan s’alourdit à 291 morts, le deuil commence

L’Italie a rendu samedi un hommage solennel et émouvant aux 291 victimes du séisme qui a rasé plusieurs villages dans le centre de la péninsule, plongée dans une journée de deuil national.

Dans un gymnase d’Ascoli Piceno, au pied des montagnes meurtries, le président de la République, Sergio Mattarella, le chef du gouvernement, Matteo Renzi et des centaines d’habitants et de secouristes ont participé à une messe de funérailles pour 35 victimes.

Les cercueils recouverts d’une gerbe de fleurs blanches étaient alignés en face de l’autel. Autour, des proches parfois eux-mêmes blessés, souvent en larmes, se serrant dans les bras ou agitant un éventail dans la chaleur étouffante.

« N’ayez pas peur de crier votre souffrance, mais ne perdez pas courage », a lancé l’évêque d’Ascoli, Mgr Giovanni D’Ercole. « Ensemble, nous reconstruirons nos maisons et nos églises. Ensemble surtout nous rendrons vie à nos communautés, en repartant de nos traditions et des décombres de la mort ».

« Nous ne vous abandonnerons pas », a promis M. Mattarella.

En signe de deuil, les chaînes de télévision publique arboraient samedi un bandeau noir et ne diffusaient pas de publicité, tandis que les cloches de la basilique d’Assise, elle-même frappée en 1997 par un violent séisme, ont sonné en l’honneur des victimes.

Une autre grande cérémonie, sans les corps, est encore prévue mercredi à Amatrice, localité de 2.500 habitants qui pleure au moins 230 morts.

Sur place, les secouristes ont continué à extraire de nouveaux corps dans la nuit. Samedi, l’un des 387 blessés a succombé, portant à 291 le nombre de décès constatés pour l’instant.

Au moins 16 étrangers, touristes ou installés de longue date en Italie, figurent parmi les tués, selon les autorités de leur pays: dix Roumains, trois Britanniques, une Espagnole, un Salvadorien et une Canadienne.

Dans un va-et-vient incessant de secouristes et des volutes de poussière, les secouristes ont commencé à déblayer les décombres avec des pelleteuses.  Les décombres offrent « très peu de caches de survie », a expliqué à l’AFP Bastien Bizieux, responsable d’une brigade française d’intervention spéciale.

La fatigue et la tension aidant, des habitants excédés s’en sont pris à deux personnes que la police soupçonnait d’être des pillards. « C’est répugnant, ils viennent voler dans les maisons! Et moi j’ai tout perdu, je n’ai plus rien! », a hurlé une femme.

Pendant tout ce temps, la terre continue de trembler: plus de 1.300 répliques ont été enregistrées depuis mercredi, dont encore une de magnitude 4 samedi à l’aube.

La protection civile a recensé près de 2.500 personnes désormais privées de toit, qui ont passé la nuit de vendredi à samedi dans l’un des camps de tentes aménagées.

Les centres de collecte pour leur venir en aide débordent et la protection civile a annoncé avoir reçu plus de 6 millions d’euros de dons.

Source : AFP

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.