Philippines: tuer des journalistes corrompus est légitime, dit le nouveau président

Les médias philippins ont exprimé leur indignation mercredi face aux propos du président élu Rodrigo Duterte qui a jugé légitime d’assassiner les journalistes corrompus, estimant qu’il s’agissait d’un appel au meurtre.

Le candidat controversé de 71 ans a remporté en mai l’élection présidentielle après une campagne outrancière durant laquelle il a promis d’éradiquer la criminalité en faisant tuer des dizaines de milliers de criminels. Mardi, il a jugé que les meurtres de journalistes coupables de corruption pouvaient se justifier, rapporte l’AFP.

Rodrigo-Duterte-2

Rodrigo Duterte

« Ce n’est pas parce que vous êtes journaliste que vous êtes exempté d’assassinat, si vous êtes un fils de pute », a-t-il déclaré comme on lui demandait ce qu’il comptait faire face aux meurtres de journalistes, après l’assassinat d’un reporter à Manille la semaine dernière.

L’Union nationale des journalistes des Philippines s’est dite « consternée ». Elle a reconnu l’existence de problèmes de corruption parmi les médias de l’archipel, mais qui ne peuvent justifier le meurtre. « De fait, il a déclaré la chasse ouverte, pour faire taire la presse, à la fois les journalistes individuels comme les institutions, sur la base d’une simple perception de la corruption », a déclaré la NUJP dans un communiqué.

Les Philippines sont l’un des pays les plus dangereux au monde pour les journalistes, rappelle l’AFP. Depuis la fin de la dictature de Ferdinand Marcos il y a 30 ans, et l’avènement d’une démocratie chaotique, minée par la corruption, 176 journalistes ont été assassinés.

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.