Mexique: arrestation d’une dirigeante présumée d’un cartel

Les autorités mexicaines ont annoncé mardi avoir arrêté la femme d’un chef de cartel actuellement incarcéré, la soupçonnant de diriger à sa place les opérations de ce groupe criminel.

Clara Elena Laborin, 52 ans, a été interpellée lundi à Hermosillo, dans l’État de Sonora, avec un autre membre du cartel, selon la police fédérale. Surnommée «La Dame», elle est la femme d’Hector Beltran Leyva, du cartel du même nom, qui avait été arrêté au Mexique en 2014.

Clara Elena Laborin «dirige les activités d’une cellule criminelle opérant dans l’État de Sonora (…) et coordonnant d’autres groupes opérant à Acapulco», a dit en conférence de presse le responsable des investigations à la police fédérale, Omar Garcia Harfuch.

cartel-mexique

Clara Elena Laborin n’est pas la première femme soupçonnée de diriger un cartel de drogue au Mexique.

Ils «font partie de ceux qui génèrent le plus de violences à Acapulco», a-t-il souligné.

Le cartel Beltran Leyva lutte contre le cartel indépendant d’Acapulco pour le contrôle du trafic de drogue, un conflit qui a transformé cette célèbre cité balnéaire de la côte pacifique en capitale mexicaine du crime, avec un taux de 111 homicides pour 100 000 habitants en 2015.

En 2009, le département du Trésor américain avait gelé les avoir de Clara Elena Laborin ainsi que de 21 autres personnes pour leurs liens présumés avec le cartel des frères Beltran Leyva, qui a été l’un des groupes criminels les plus redoutés du Mexique, avant de perdre de sa puissance.

Alfredo «El Mochomo» a été arrêté par l’armée en 2008, son frère Arturo, surnommé «le chef des chefs», a été abattu un an plus tard par l’armée, tandis qu’Hector a été arrêté dans un restaurant en 2014.

Clara Elena Laborin, qui selon certains médias locaux est une ancienne reine de beauté, n’est pas la première femme soupçonnée de diriger un cartel de drogue dans un univers réputé macho.

«On commence à voir de plus en plus de femmes sortant du rang dans ces cartels», explique à l’AFP Mike Vigil, un ancien responsable des opérations internationales à l’agence américaine antidrogue (DEA).

«Il y a un facteur clé qui les distingue des autres trafiquantes : elles sont extraordinairement impitoyables et très intelligentes», relève-t-il.

«Elles doivent se montrer extraordinairement impitoyables sinon les hommes ne prêtent pas attention à elles, elles doivent être très intelligentes car elle s’engagent dans les aspects les plus sophistiqués des cartels tels que le blanchiment d’argent, la logistique, la corruption des fonctionnaires», ajoute cet expert.

Enedina Arellano Felix, une comptable, est ainsi considérée par le département du Trésor américain comme une des dirigeantes du cartel Arellano Felix.

Une autre femme, Sandra Avila Beltran, alias la «Reine du Pacifique», a été extradée en 2012 aux États-Unis avant d’être renvoyée au Mexique en août 2013 et libérée en février 2015.

Plus récemment, l’épouse de l’ancien maire d’Iguala, ville où 43 étudiants ont disparu en 2014, a été arrêtée avec son mari, soupçonnée d’être liée au cartel des Guerreros Unidos qui aurait tué et fait disparaître les étudiants.

Source : AFP

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.