Marine Le Pen accueillie par des «Le Québec emmerde le Front national»

La présidente du Front national Marine Le Pen n’a pas eu le temps de mettre les pieds dans la salle de conférence d’un hôtel de Québec où elle tenait son point de presse qu’une dizaine de manifestants ont fait irruption et déballé des banderoles en criant: «Le Québec emmerde le Front national», «fasciste», l’accusant, parmi d’autres insultes, d’être responsable de la montée du racisme en France.

Des manifestants anti-Front national à Québec. Photo La Presse Canadienne

Des manifestants anti-Front national à Québec. Photo La Presse Canadienne

Les positions du Front national snt dénoncées comme xénophobes par plusieurs. Elle a accueilli le tout avec le calme et le sourire d’une habituée. «Allez-vous coucher les gamins, leur a-t-elle lancé sur un ton blagueur. Allez, une petite douche et au lit».

Un des manifestants a été frappé par le garde du corps de Mme Le Pen. Ils ont ensuite quitté les lieux.

 Questionnée au sujet du désir d’indépendance d’une partie de la population québécoise, elle a dit être d’un parti qui se pose en défenseur de la souveraineté.

Le combat de la France contre l’Union européenne s’apparente à celui du Québec contre Ottawa, a-t-elle dit.

«Plus gaullienne que « ni-ni »»

Plus tard, en entrevue, elle a déclaré que si son parti prenait le pouvoir en France, son pays reconnaîtrait le Québec comme État sur la scène internationale.

«Oui, oui, je ferais cette reconnaissance à partir du moment où le peuple québécois aura fait son choix», a-t-elle déclaré.

«Je suis plus gaullienne que ni-ni», a-t-elle même précisé, faisant référence au célèbre «Vive le Québec libre» lancé par le général Charles de Gaulle en 1967, et la position traditionnelle du ni-ni (non-ingérence et non-indifférence) qui avait ensuite semblé régir les relations France-Québec.

Elle dit ne pas faire de cas du fait que les chefs de partis au Québec et au Canada aient refusé de la rencontrer. Car elle dit être venue voir les Québécois, «pas la popote politique».

«Je suis aussi ici pour briser la caricature de mon mouvement dans les médias québécois», qui relaient, selon elle, ce que font les médias français, qui sont au service des partis au pouvoir, a-t-elle ajouté.

Mme Le Pen a dit tenir son point de presse dimanche à l’occasion de la journée de la francophonie: elle a profité pour exposer longuement sa vision de la francophonie et y aller de plusieurs propositions.

La présidente du FN dit que le Canada ne voit pas les conséquences de sa généreuse politique d’immigration et dit par ailleurs regarder d’un oeil plutôt favorable la quête de souveraineté des peuples.

Selon Mme Le Pen, qui est aussi députée au Parlement européen, les conséquences d’une importante immigration sont notamment l’«accélération» des demandes des minorités religieuses, comme l’octroi de locaux pour la prière ou l’instauration de tribunaux religieux.

Elle dit qu’il aurait été sage de regarder ce qui se passe dans l’Union européenne, qui va vivre, selon elle, le chaos.

Pour la chef du parti d’extrême-droite, «une société multiculturelle est une société conflictuelle».

Mme Le Pen est au Québec pour quelques jours. Une partie de son séjour est fait à titre personnel, puis elle doit rejoindre une mission économique du parlement européen qui l’amènera notamment à visiter une usine de Bombardier.

La Presse Canadienne

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.