L’homme le plus riche de Chine déclare la guerre à Disney

Le conglomérat chinois Wanda a ouvert samedi en Chine son premier parc d’attractions, quelques semaines avant l’inauguration du Disneyland de Shanghai, et alors que son patron, le milliardaire Wang Jianlin, a déclaré une improbable guerre au géant américain du divertissement.

« Wanda City », située à Nanchang (sud-est), accueille sur 2 km2 un immense centre commercial avec cinémas interactifs, doublé d’un parc à thème de 80 hectares doté des « plus hautes et rapides montagnes russes » de Chine et d’un parc aquatique, selon un communiqué du groupe rapporté par l’AFP. Le site a représenté un investissement de 22 milliards de yuans (environ 4,37 milliards de dollars), ajoute-t-il.

Face à « l’invasion » des cultures étrangères, « nous voulons être un modèle […] et réaffirmer la force d’influence des Chinois dans le domaine culturel », a asséné Wang Jianlin, fondateur de Wanda, lors de la cérémonie d’ouverture du parc, selon des propos rapportés par la télévision d’État CCTV.

Une semaine auparavant, M. Wang – la première fortune de Chine selon Forbes – avait désigné clairement son adversaire: Disney, qui ouvrira mi-juin à Shanghai son premier parc en Chine continentale. « La folie autour de Mickey Mouse et Donald Duck est passée, l’époque où nous imitions Disney aveuglément est révolue depuis des années », avait lancé Wang lors d’une longue interview à CCTV.

Selon l’AFP, Wanda affiche ostensiblement son intention de concurrencer Disneyland: le groupe chinois compte ouvrir, à la suite de Nanchang, six autres parcs en Chine dans les trois prochaines années;pour en compter une quinzaine dans le pays d’ici à 2020.

« Nous voulons faire en sorte que Disney ne puisse pas être rentable sur ce créneau en Chine pendant 10 à 20 ans », avait insisté Wang Jianlin. « Un tigre n’est pas de taille à battre une horde de loups », a-t-il commenté lors du même entretien télévisé, avant de fustiger la propension de Disney à « cloner ses réalisations du passé sans innover ».

Les objectifs de Wanda apparaissent cependant très ambitieux aux yeux des experts qui soulignent son manque d’expérience, à l’inverse du groupe américain, explique l’AFP. Le Disneyland de Shanghai – un investissement de 5,5 milliards de dollars -, sera son sixième parc à thème et le quatrième à l’extérieur des États-Unis après Paris, Tokyo et Hong Kong.

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.