Un expert du djihadisme fiché «S» renvoyé de BFMTV

Après avoir appris jeudi dans les médias que son consultant spécialisé dans le djihadisme, Romain Caillet, était fiché «S», la chaîne d’information BFMTV a décidé de mettre fin à sa collaboration avec lui.

« Suite aux informations dévoilées cette semaine sur son parcours, BFMTV ne fera plus intervenir Romain Caillet en tant que consultant pour la chaîne », indique le communiqué de la chaîne. Il n’a « pas jugé utile de préciser à la chaîne un certain nombre d’éléments importants de son passé, liés directement aux questions qu’il devait évoquer à l’antenne. BFMTV le regrette », poursuit le texte.

Un article publié ce jeudi dans l’Obs avait révélé que Romain Caillet était l’une des 20.000 personnes fichées S en France, signalé pour son « appartenance ou son lien avec la mouvance islamique ». D’après l’hebdomadaire, le consultant « ne cachait pas ses positions en faveur du djihad » au milieu des années 2000. Il « intervenait sur les forums islamistes sous le pseudonyme de Colonel Salafi ».

Romain Caillet a vécu en Egypte à partir de 2005 et il aurait fréquenté les milieux extrémistes à cette époque. Il a également séjourné à Nasr City, quartier du Caire où il a croisé les frères Clain, dont l’un a été identifié comme étant celui qui a revendiqué les attentats du 13 novembre à Paris.

« J’ai vécu dans le 8ème arrondissement du Caire, à Nasr City, qui était comme un village où tout le monde se connaissait. J’ai croisé Jean-Michel Clain, mais beaucoup moins Fabien. J’ai un ami depuis 20 ans qui était en effet proche des deux frères », confirme le chercheur au Figaro, qui affirme, entre temps, avoir radicalement changé.

« Depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad parce que je m’oppose au fait d’entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l’islam », prévient Romain Caillet, qui ne pensait pas être encore fiché. « Je me doutais que je l’avais été. Mais depuis j’ai rencontré des hommes politiques, des responsables influents. Je ne pensais pas que j’étais encore fiché », confie-t-il au Figaro.

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.