Les patrons de Suzuki présentent leurs excuses

Le constructeur japonais d’automobiles Suzuki a avoué avoir mené des tests selon une méthode non homologuée, mais a démenti avoir agi ainsi pour embellir les valeurs, à la différence de son compatriote Mitsubishi Motors.

Suzuki, sommé de vérifier ses pratiques a rendu sa copie mercredi au ministère des Transports. «Des irrégularités ont été trouvées dans les procédures de tests des niveaux d’émission et des performances énergétiques», a reconnu le groupe dans un communiqué, relayé par l’AFP, mais «l’enquête interne n’a pas conclu à une tricherie, telle que la manipulation de données», a-t-il assuré.

Les patrons de Suzuki présentent leurs excuses. Photo AFP

Les patrons de Suzuki présentent leurs excuses. Photo AFP

Les 16 modèles commercialisés au Japon sont concernés, soit un total de 2,1 millions d’unités, a détaillé le patron, Toshihiro Suzuki, lors d’une conférence de presse. Le problème, qui remonte à 2010, «ne s’applique pas aux produits vendus en dehors du Japon», a précisé le constructeur.

L’affaire a déjà fait tomber des têtes rapporte l’AFP : le groupe a annoncé mercredi la démission du patron de la compagnie, Tetsuro Aikawa. Suzuki, dont les racines remontent à 1909, est dirigé par Toshihiro Suzuki, fils d’Osamu Suzuki, le patriarche de 86 ans qui a passé la main l’an dernier après 37 ans aux commandes. Cependant toujours président du conseil d’administration, il a présenté ses excuses mercredi.

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.