Le tireur d’Orlando fréquentait la discothèque gaie

Des informations sur la possible homosexualité d’Omar Mateen ont apporté un éclairage nouveau sur la tuerie d’Orlando, en Floride, dans une boîte de nuit gaie, qui a fait 49 morts dimanche.

Le quotidien Orlando Sentinel a cité lundi plusieurs témoins assurant que l’auteur de la fusillade la plus meurtrière de l’histoire des États-Unis, qui a également fait 53 blessés, était un habitué de la discothèque Pulse, où il a frappé dimanche.

Il s’y serait même fait remarquer à plusieurs reprises par son agressivité, liée à une consommation excessive d’alcool.

Parallèlement, un client régulier du Pulse a assuré au Los Angeles Times que le jeune homme de 29 ans, américain d’origine afghane, utilisait le réseau social gai Jack’d. Autre témoignage troublant, celui d’un ancien élève de sa promotion à l’académie de police d’Indien River Community College, où il a étudié en 2006, qui a assuré au quotidien Palm Beach Post qu’Omar Mateen lui avait fait des avances.

Par exemple, un couple homosexuel a affirmé avoir aperçu Mateen au moins une dizaine de fois au Pulse. Ty Smith et Chris Callen confirment eux aussi que le meurtrier a souvent été expulsé de l’endroit parce qu’il était ivre. Ils se souviennent aussi d’un incident au cours duquel Mateen a pointé un couteau vers un ami.

Tous deux disent avoir été fort surpris de voir son visage à la télévision. « C’est le même gars, a assuré M. Callen, qui est Kristina McLaughlin sur scène. Il fréquentait la discothèque depuis au moins trois ans ».

Le couple a exprimé son scepticisme au sujet de ce qu’a raconté le père de Mateen dans les heures qui ont suivi l’attaque. Selon ce dernier, son fils aurait été scandalisé par deux hommes qui s’embrassaient à Miami.

MM. Smith et Callen affirment que Mateen a vu à plusieurs reprises des hommes en train de s’embrasser.

« C’est des conneries. Sans vouloir vous insulter, c’est des conneries. Il nous fréquentait, a dit M. Smith. Et il y a des gens qui faisaient plus que s’embrasser dans la discothèque. Il faisait la fête avec des gens qui l’ont poussé à commettre cela ? »

Il ajoute que le visiteur occasionnel arrivait parfois avec un ami et se relâchait d’une façon qu’il ne pouvait pas le faire auprès de sa famille. « Il pouvait vraiment s’enivrer. Il ne pouvait pas être saoul chez lui, autour de sa femme ou de sa famille. Son père était vraiment strict. Il s’en plaignait souvent. »

Aucun des deux témoins n’a voulu spéculer sur la vie sexuelle de l’homme qui aurait appelé le 9-1-1 de l’intérieur de la discothèque pour professer son allégeance à un leader islamiste du Moyen-Orient.

Tous deux ont mis en doute la version du père de Mateen.

Sources : La Presse Canadienne/AFP

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.