Le raï au cœur d’une polémique entre le Maroc et l’Algérie

La capitale du raï est-elle Oran, en Algérie, ou Oujda, au Maroc ? La question a son importance et oppose les deux pays qui revendiquent tous deux l’origine de la musique raï, ce genre musical rendu célèbre notamment par Khaled.

Tout commence à la suite d’une conférence de presse donnée par des responsables au ministère de la Culture à Alger. Ils dévoilent que l’Algérie cherche à inscrire le raï comme un héritage culturel algérien à l’Unesco.

Ce dossier suscite la protestation et l’étonnement au Maroc voisin. Le Maroc estime être, lui aussi, à l’origine de cet art de la chanson et le réclame en tant que patrimoine marocain, comme le couscous que l’Algérie veut inscrire en son nom sur la liste de l’héritage humain. D’où la position de la presse marocaine qui a accusé l’Algérie de chercher à avoir le monopole du raï.

Si le raï, cette musique populaire rythmée, dont les paroles revendicatives ont évolué à Oran, capitale du raï à l’ouest de l’Algérie, Oujda à l’est du Maroc est considérée comme la deuxième capitale du genre. Elle accueille un festival dédié à ce genre musical.

L’Unesco établit tous les ans sa liste mondiale d’héritages culturels estimés en danger de disparition. Le but étant de préserver ce patrimoine. Et dans l’affaire du raï, la décision finale revient à l’Unesco qui explique à RFI que ce dossier n’a pas été jugé prioritaire par l’Algérie, parmi les dossiers en cours déjà déposés, et ne sera donc pas examiné pour le moment.

Source : RFI

Mots clés:
· · · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.