Le président philippin traite l’ambassadeur américain de «fils de pute»

Le président philippin Rodrigo Duterte, coutumier des grossièretés, a provoqué une nouvelle polémique et semé l’incompréhension à Washington en qualifiant l’ambassadeur des États-Unis d’«homosexuel» et de «fils de pute».

Le gouvernement américain a riposté en convoquant le chargé d’affaires philippin auprès de Washington.

M. Duterte, dont le langage fleuri et le style tranchent radicalement ceux de ses prédécesseurs, a tenu vendredi ses propos homophobes en tagalog, un dialecte des Philippines, alors qu’il s’exprimait à la télévision au sujet de l’ambassadeur des États-Unis Philip Goldberg.

«Comme vous le savez, je me bats avec l’ambassadeur (du secrétaire d’État John Kerry). Son ambassadeur homosexuel, le fils de pute. Il m’a fait chier», a dit le président.

L’avocat de 71 ans a été élu début mai à l’issue d’une campagne populiste et ordurière au cours de laquelle il a multiplié les insultes contre ses adversaires politiques, et même contre le pape, qualifié, lui aussi, de «fils de pute» pour avoir provoqué des embouteillages à Manille.

C’est également lors de la campagne qu’il avait pour la première fois eu maille à partir avec l’ambassadeur Goldberg qui, à l’instar de l’ambassadeur d’Australie, avait fortement critiqué une plaisanterie douteuse du candidat sur le viol et le meurtre d’une religieuse australienne en 1989.

En retour, l’impétueux M. Duterte avait menacé s’il était élu de rompre les relations avec Washington et Canberra.

«Il est intervenu dans les élections, faisant des déclarations ici et là», a déclaré vendredi M. Duterte au sujet de l’ambassadeur. «Il n’était pas censé le faire.»

Le Département d’État américain a indiqué que le chargé d’affaires philippin Patrick Chuasoto avait été convoqué lundi au sujet des propos de son président.

«Nous avons eu une conversation», a déclaré la porte-parole du Département Elizabeth Trudeau. «Nous voulions mieux comprendre la raison pour laquelle cette déclaration avait été faite.»

Le porte-parole du ministère philippin des Affaires étrangères, Charles Jose, a confirmé mercredi cette entrevue, mais soutenu que le diplomate philippin avait été «invité au Département d’État pour discuter des relations philippino-américaines dans tout leur spectre».

«Les relations philippino-américaines demeurent fortes», a-t-il poursuivi.

Les Philippines sont l’un des pays les plus proches des États-Unis en Asie du Sud-est, notamment dans le contexte des différends territoriaux avec Pékin sur la mer de Chine méridionale.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.