Rare sit-in de militants LBGT à Beyrouth

Des militants en faveur du mouvement gai, lesbien et transgenre (LBGT) ont mené dimanche un sit-in à Beyrouth pour réclamer l’abolition d’un article de loi pénalisant les relations dites «contre nature», une première depuis quatre ans.

«L’homosexualité n’est pas une maladie», «le sexe n’est pas illégal, votre loi est archaïque», pouvait-on lire sur une pancarte brandie dans la manifestation organisée par l’association Helem, basée au Liban et considérée comme la plus importante association arabe de défense des droits des lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres,r apporte l’AFP.

Photo Reuters

L’une des manifetsantes durant le sit-in – Photo Reuters

Le rassemblement, qui réclamait également la libération de quatre femmes transsexuelles, s’est tenu en face de la gendarmerie de Hbeich à Beyrouth, où la police des mœurs effectue souvent des incarcérations du genre, selon les militants.

«Supprimez le 534», pouvait-on lire encore, en référence à l’article de loi du code pénal libanais, selon lequel les relations sexuelles «contre nature» sont illégales, avec une peine allant jusqu’à un an de prison.

Si le Liban est considéré plus «tolérant» en comparaison à d’autres pays arabes où l’homosexualité, la police mène régulièrement des descentes dans les boîtes de nuit et autres lieux fréquentés par les homosexuels, explique l’AFP. En outre, les homosexuels font souvent l’objet de plaisanteries, en société comme dans des émissions télévisées.

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.