La Cour suprême réaffirme avec force le droit à l’avortement

La Cour suprême des États-Unis a rendu lundi une décision majeure réaffirmant avec force le droit des femmes à se faire avorter, après qu’un nombre croissant d’États américains ont pris des mesures restreignant l’interruption volontaire de grossesse.

Cet arrêt, rendu à la majorité de cinq juges contre trois, représente une victoire emblématique pour les militants de l’IVG, sur une question extrêmement chargée politiquement, en pleine année électorale.

En l’espèce, la haute cour a jugé illégale une loi de 2013 au Texas qui impose aux cliniques pratiquant des avortements de posséder un plateau chirurgical digne d’un milieu hospitalier.

La loi oblige par ailleurs les médecins-avorteurs à disposer d’un droit d’admission de leurs patientes dans un hôpital local.

Les rédacteurs de ce texte le justifient au nom de la santé des femmes, affirmant oeuvrer à minimiser pour elles les risques sanitaires.

Mais pour les défenseurs de l’IVG, il s’agit d’un prétexte, le véritable objectif poursuivi par les législateurs républicains locaux s’inscrivant dans quatre décennies d’assauts répétés contre «Roe v. Wade», décision historique de la Cour suprême qui a légalisé l’avortement en 1973 aux États-Unis.

De fait, ces règles draconiennes ont forcé la fermeture en deux ans de dizaines de centres d’IVG au Texas.

La décision rendue lundi par la Cour suprême dépasse très largement les frontières texanes, car se faire avorter aux États-Unis est, dans les faits, de plus en plus compliqué pour des millions de femmes.

Les quatre juges progressistes de la haute cour ont logiquement voté contre la loi texane, rejoint par le juge conservateur modéré Anthony Kennedy.

La Cour suprême siège à huit juges au lieu de neuf depuis le décès en février du magistrat conservateur Antonin Scalia.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.