Julian Assange perd une nouvelle bataille devant la justice suédoise

Julian Assange a perdu une nouvelle bataille judiciaire vendredi en Suède où le fondateur de WikiLeaks tente depuis 2010 de faire annuler un mandat d’arrêt européen qui l’a conduit à se réfugier à l’ambassade d’Équateur à Londres.

Pour la huitième fois en six ans, un tribunal suédois a débouté l’Australien de 45 ans et confirmé le mandat d’arrêt européen émis dans le cadre d’une enquête pour des faits présumés de viol remontant au 17 août 2010 à Stockholm.

Per Samuelson, l’un de ses avocats suédois, a immédiatement annoncé dans un courrier électronique à l’AFP qu’il formerait un recours devant la Cour suprême.

«Nous regrettons que les tribunaux suédois ne prennent pas en compte la recommandation du groupe de travail de l’ONU de remettre Assange en liberté», a-t-il dit.

Ses conseils font désormais valoir le rapport de ce groupe qui en février l’a estimé victime d’une «détention arbitraire».

Julian Assange, qui a échappé à une arrestation par la police britannique en 2012 en se réfugiant à l’ambassade équatorienne à Londres, réclame en vain la levée de ce mandat d’arrêt, craignant, s’il était exécuté, que la Suède ne l’extrade ensuite vers les États-Unis pour répondre de la divulgation par WikiLeaks de documents secrets.

Dans son jugement rendu public vendredi, la cour d’Appel de Stockholm reconnaît que la lenteur de la procédure «et la passivité passée des enquêteurs» suédois constituent «des arguments plaidant» pour une levée du mandat.

Les juges ajoutent néanmoins que «Julian Assange ne peut être considéré comme dans l’incapacité d’interrompre son séjour à l’ambassade d’Équateur», séjour qui à leurs yeux n’est pas assimilable à une «privation de liberté».

Surtout, «les faits dont il est soupçonné sont relativement graves et l’intérêt général est que l’enquête soit poursuivie», souligne la cour en confirmant le maintien du mandat d’arrêt eu égard au «risque» que M. Assange «se soustraie à des poursuites judiciaires ou à une condamnation».

Bête noire de l’Australien, la procureure suédoise Marianne Ny qui dirige l’enquête s’est félicitée du maintien du mandat d’arrêt. «Le risque de soustraction (de Julian Assange à la justice) reste élevé», a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Avec AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.