Jacques Chirac hospitalisé à Paris pour « une infection pulmonaire »

De retour du Maroc, l’ancien chef de l’État a été hospitalisé ce dimanche matin à Paris. Il souffre d’une « infection pulmonaire ».

L’ancien président Jacques Chirac a été hospitalisé ce dimanche matin à l’hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière pour « le traitement d’une infection pulmonaire », a annoncé son gendre, Frédéric Salat-Baroux, l’époux de sa fille Claude Chirac.

De retour un jour plus tôt du Maroc où il séjournait en famille, l’ex-chef de l’État, 83 ans, « a été hospitalisé ce matin à la Pitié-Salpêtrière pour le traitement d’une infection pulmonaire » et « il y restera hospitalisé dans les prochains jours », a précisé son entourage.

L’ancien chef d’État est « conscient ». Si son état est jugé « assez grave », « on ne peut pas parler d’urgence vitale », rapporte BFMTV .

Chez les personnes âgées, le problème de l’infection pulmonaire est « qu’elle récidive souvent », explique un pneumologue de l’AP-HP à l’AFP. Et cette pathologie peut contribuer à une dégradation de l’état général et des fonctions cognitives.

Depuis son départ de l’Élysée en mai 2007, Jacques Chirac, qui avait subi un accident vasculaire cérébral en 2005, a déjà été hospitalisé à plusieurs reprises, notamment pendant une quinzaine de jours en décembre 2015, toujours à la Pitié-Salpêtrière, pour affaiblissement.

Éprouvé par la mort de sa fille aînée Laurence, en avril dernier, l’ancien chef de l’État est resté dans l’ombre ces derniers mois. Le 20 juin, alors qu’un hommage lui était rendu par François Hollande au musée du quai Branly qui porte depuis son nom, le principal concerné était absent.

Mais à chacune de ses apparitions en public, il ne dissimulait plus sa fatigue. Ses proches faisaient pourtant état ces dernières semaines d’une amélioration de son état de santé.

Peu après l’annonce de son hospitalisation, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy ont souhaité un prompt rétablissement à l’ancien chef de l’État sur Twitter. Dans BFM Politique, Jean-François Copé a souhaité « de tout cœur » qu’il se rétablisse. « C’est quelqu’un qui a beaucoup compté pour la France, mais aussi pour moi », a affirmé le candidat à la primaire de droite et du centre.

Président du MoDem, François Bayrou a jugé « très émouvant que cet homme qui a connu les plus hautes responsabilités soit dans le dénuement, comme ça, de la maladie et de la vieillesse ». A gauche, Michel Sapin, ministre de l’Economie et proche de François Hollande, a exprimé sa « sympathie » pour l’ancien président, « toujours très attentif à la santé des autres ».

Avec AFP

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.