Guerre contre la drogue: Manille augmente de 24% le budget de la police

Le président philippin Rodrigo Duterte a annoncé une très forte augmentation des moyens de la police et de l’armée dans le budget de l’année prochaine, et ce pour financer sa croisade contre le trafic de drogue.

L’avocat de 71 ans a été élu en mai au terme d’une campagne populiste et outrancière en promettant d’en finir en six mois avec le trafic de drogue, quitte à tuer des milliers de criminels.

Depuis son élection, selon des bilans compilés par les médias, plus d’un millier de personnes soupçonnées d’être liées au trafic de drogue ont été abattues par la police ou par des citoyens encouragés par la rhétorique présidentielle.

Lundi soir, M. Duterte a annoncé que le budget 2017 de l’État serait de 3350 milliards de pesos (64 milliards d’euros), en hausse de 11,6%. il a précisé que la priorité du gouvernement serait «une lutte plus efficace contre le crime».

Le budget de la police augmentera ainsi de 24,6% à 110,4 milliards de pesos (2,12 milliards d’euros). La rallonge consentie doit permettre d’engager davantage de policiers, d’augmenter leurs salaires et de leur acheter des armes, selon un communiqué du gouvernement.

Le budget de la justice augmentera dans le même temps de 21,5% pour lui permettre de traiter davantage de procédures.

Le budget de l’armée doit par ailleurs progresser de 15% à 130,6 milliards de pesos (2,50 milliards d’euros).

M. Duterte n’a cette fois donné aucun détail quant au salaire des policiers et gendarmes. Mais il a par le passé plusieurs fois insisté sur son intention de doubler leur traitement pendant son mandat.

Le président a par ailleurs décidé lundi de doper de 13,8% les sommes consenties (860,7 milliards de pesos ou 16,5 milliards d’euros) pour améliorer les infrastructures catastrophiques de son pays en matière de transports, qu’il s’agisse des routes, du rail, des ports ou des aéroports.

Selon des projections effectuées par Bloomberg, le budget 2017 risque de creuser le déficit public à 478,1 milliards de pesos (9,1 milliards d’euros) soit 3% du PIB, au lieu de 2,7% cette année.

Sous l’ex-président Benigno Aquino, la croissance du budget philippin était déjà chaque année à deux chiffres.

Pendant des décennies, le PIB de l’archipel a subi une faible croissance qui tranchait avec la santé insolente de certains tigres asiatiques et s’expliquait en partie par la corruption rampante et la bureaucratie. Mais ces dernières années, l’économie philippine est devenue l’une des plus solides de la région, avec une croissance moyenne de 6,3% entre 2010 et 2014.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.