« Grand danger de génocide » et possibles « crimes contre l’humanité » au Burundi

Le gouvernement du Burundi est responsable de graves violations des droits, systématiques et constantes, a conclu mardi une mission d’enquête de l’ONU, mettant en garde contre de possibles « crimes contre l’humanité » et un « grand danger de génocide ».

« Les experts ont constaté que des violations graves des droits de l’homme ont été et sont commises principalement par des agents de l’État et ceux qui sont liés à eux », ont indiqué les trois enquêteurs dans un rapport, déplorant l’approche du gouvernement qui consiste « à nier automatiquement et en quasi-totalité » ces allégations.

« Ces violations graves sont systématiques et constantes et l’impunité est omniprésente », déplorent-ils, relevant que « le danger du crime de génocide est grand ».

Ils affirment ne pas pouvoir exclure que certaines de ces violations graves des droits de l’homme constituent des crimes contre l’humanité, et demandent des procédures judiciaires internationales indépendantes pour traduire les auteurs présumés en justice.

Les enquêteurs ont compilé une liste des auteurs présumés qui ont été nommés à plusieurs reprises par les victimes et les témoins comme responsables de violations graves des droits de l’homme. Cette liste sera partagée avec les « mécanismes judiciaires pertinents ».

Le responsable de la communication de la présidence burundaise, Willy Nyamitwe, a réagi sur son compte twitter en dénonçant des accusations « politiquement motivées et basées sur des témoignages anonymes, non vérifiés ».

Il a ajouté que le gouvernement burundais avait transmis à la commission de l’ONU « un document de 40 pages répondant à ce rapport biaisé et politiquement orienté ».

Source : AFP

Mots clés:
· · · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.