France: un projet d’attentat mis «en échec», un individu interpellé à Argenteuil

Lors d’un point presse donné dans la soirée du 24 mars, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré qu’une « interpellation importante » a permis ce jeudi « de mettre en échec un projet d’attentat en France conduit à un stade avancé », a rapporté l’AFP.

Une opération policière était en cours jeudi soir à Argenteuil, dans le département du Val d’Oise, en région Ile-de-France.

Dans une déclaration jeudi soir depuis le ministère de l’Intérieur, place Beauvau, Bernard Cazeneuve a déclaré que les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), agissant sur commission rogatoire d’un juge d’instruction du pôle antiterroriste de Paris, ont effectué une « interpellation importante » à Argenteuil. L’enquête, menée depuis plusieurs semaines, a mobilisé « d’importants moyens de surveillance physique et technique, ainsi qu’une coopération étroite et constante entre services européens », a précisé le ministre.

Le ministre de l’Intérieur a précisé que « l’individu interpellé de nationalité française est suspecté d’être impliqué à un haut niveau dans ce projet ». A ce stade de l’enquête aucun lien ne peut être fait entre les attentats de Bruxelles du 22 mars dernier, et ce projet d’attentats dans la capitale française.

Il avait été condamné en son absence dans un pays européen non précisé dans une affaire d’acheminement de jihadistes vers la Syrie, selon une source policière. L’homme devait être conduit dans les locaux de la DGSI à Levallois-Perret pour y être entendu en garde à vue.

L’homme interpellé avait-il donc des explosifs chez lui ? Bernard Cazeneuve esquive: il s’agit, selon lui, que les perquisitions puissent être menées « dans un climat optimal ».

Des « opérations de déminage sont en cours afin que les policiers puissent procéder à la perquisition de l’appartement, du parking et des parties communes dans des conditions optimales », a ajouté le ministre. Un périmètre de sécurité a été mis en place autour de l’immeuble.

Pour le reste, peu d’éléments : quelle était la cible? Le nombre de personnes impliquées? Le profil de l’individu interpellé ? Le mode opératoire choisi ? A ces questions, pas de réponse du ministre, a indiqué l’AFP.

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.