Explosion à New York: pas de lien avec le terrorisme international

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a décrit dimanche l’explosion de la veille à Manhattan comme résultant d’une «bombe», mais n’ayant «pas de lien avec le terrorisme international».

«Qui que ce soit qui a placé ces bombes, on les trouvera et ils seront menés devant la justice», a déclaré le gouverneur venu inspecter le site de l’explosion dans le quartier animé de Chelsea, a coeur de Manhattan.

L’explosion, survenue à 20h30 sur la 23e rue entre les 6e et 7e avenues, a fait 29 blessés dont un grave et de nombreux dégâts.

Le gouverneur a aussi semblé confirmer qu’un autre engin explosif – une cocotte minute à laquelle avaient été attachés des fils électriques et un téléphone portable – avait bien été retrouvé quelques pâtés de maisons plus loin, sur la 27e rue même si celui-là n’a pas explosé.

Le dispositif de sécurité dans la mégalopole américaine, déjà renforcé à l’approche de l’ouverture lundi de l’Assemblée générale de l’ONU, a encore été augmenté, avec le déploiement de quelque 1000 policiers et agents supplémentaires, a indiqué M. Cuomo.

Il a cependant souligné que cette mesure était prise par «précaution»: «Nous n’avons aucune raison de penser qu’il y a d’autres menaces immédiates», a-t-il souligné M. Cuomo a par ailleurs indiqué que ses services collaboraient avec ceux de l’État voisin du New Jersey, où un autre engin explosif a explosé samedi, sans faire de victime, tout en confirmant qu’il n’y avait à ce stade pas de lien entre les deux incidents.

Dans le New Jersey, une bombe artisanale avait été placée samedi près du parcours d’une course à pied organisée par les US Marines.

L’engin était programmé pour exploser au moment où des centaines de coureurs de cette course de 5 kilomètres devaient passer près de la poubelle où était cachée la bombe. Mais le départ de l’épreuve ayant été retardé, l’explosion n’a fait aucun blessé, avait précisé Al Della Fave, porte-parole du procureur local.

Vitres soufflées

Les mesures de sécurité sont omniprésentes à New York, avec des contrôles d’identité à l’entrée de nombreux bâtiments et une forte présence policière dans de nombreux sites publics.

Les alertes aux attentats sont fréquentes et la vigilance a été renforcée avec la vague d’attentats islamistes en Europe.

La ville doit également accueillir lundi l’Assemblée générale annuelle de l’ONU, à laquelle participent de nombreux chefs d’État et de gouvernements.

Si un lien terroriste était établi, cet événement aurait un impact non négligeable sur la campagne pour la présidentielle du 8 novembre prochain, qui oppose la démocrate et ex-secrétaire d’Etat Hillary Clinton au candidat républicain Donald Trump.

Ce dernier n’a pas hésité, depuis Colorado Springs, à déclarer qu’une bombe avait explosé à New York: «Il va falloir qu’on soit sévères, les amis, très, très sévères».

«Je pense qu’il est toujours plus sage d’attendre d’avoir l’information avant de tirer des conclusions», a répliqué Mme Clinton, qui se présente comme une candidate expérimentée et sage face à un concurrent imprévisible.

De nombreux habitants du quartier de Chelsea, cités par les télévisions locales, témoignaient avoir entendu une déflagration très violente et avoir été choqués.

Des débris de verre étaient visibles devant certaines portes et devantures de magasins, dont beaucoup ont très vite fermé. Les vitres de voitures garées à proximité étaient soufflées, a constaté l’AFP.

Les sirènes ont résonné toute la soirée dans le quartier, survolé par des hélicoptères. La police a bouclé la zone, sans pour autant l’évacuer.

Source : AFP

 

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.