Etats-Unis : Ted Cruz remporte la primaire républicaine de l’Iowa

 

La Presse Canadienne – Les électeurs avaient réservé une surprise de taille aux observateurs politiques à l’occasion des caucus de l’Iowa qui lancent le signal de départ de la campagne électorale qui culminera en novembre prochain par l’élection du successeur de Barack Obama, lundi soir.

Première surprise: Ted Cruz a enlevé la victoire du côté républicain, pas Donald Trump.

Deuxième surprise: Bernie Sanders pouvait proclamer une victoire morale, sinon réelle, chez les démocrates.

Ted Cruz a enlevé la victoire, défaisant ses 10 rivaux en obtenant 28 pour cent des suffrages. Le sénateur du Texas a notamment devancé celui que les sondages donnaient gagnant, l’homme d’affaires milliardaire Donald Trump, par quatre points de pourcentage.

«Cest la victoire de la base. C’est une victoire pour les courageux conservateurs de tout l’Iowa et de toute cette formidable nation», a-t-il lancé, micro à la main avant de se prononcer un discours se voulant très anti-establishment.

«L’Iowa a proclamé à la face du monde que le jour allait se lever», a-t-il ajouté.

Faisant mauvaise fortune, bon coeur, M.Trump s’est dit honoré de finir en deuxième position, félicitant le vainqueur et ses autres adversaires. Il n’a pu s’empêcher de fanfaronner en prédisant sa victoire prochaine au New Hampshire et à la convention républicaine. «On va battre Hillary (Clinton), on va battre Bernie (Sanders), on va battre quiconque ils (les démocrates) nous opposerons», a-t-il lancé pour consoler ses partisans.

M. Trump a même senti, dans sa foulée, le souffle du sénateur de la Floride Marco Rubio qui a étonné bien des observateurs en enlevant 23 pour cent des suffrages.

«Pendant des mois, ils nous ont dit que nous n’avions pas de chance de l’emporter. On m’a dit d’attendre mon tour», a déclaré M. Rubio, très fier, très combatif à ses partisans. Il a aussi félicité le vainqueur en affirmant que M. Cruz «a mérité sa victoire».

Les huit autres candidats se partageaient les autres votes.

À l’arraché

Du côté démocrate, Hillary Clinton pourra difficilement chanter victoire, quels que soient les résultats finaux. Après le dépouillement de 94 pour cent des bulletins, l’ancienne secrétaire d’État était au coude-à-coude avec un tenace Bernie Sanders. Au fur et à mesure de la soirée, elle a vu son avance se réduire à peau de chagrin. Elle ne détenait qu’une maigre priorité de moins d’un point de pourcentage devant le sénateur du Vermont.

Mme Clinton était créditée de 49,8 pour cent des appuis contre 49,6 pour cent pour son rival. Le troisième larron de la course, l’ancien gouverneur du Maryland, Martin O’Malley ne récoltait que des miettes.

Les démocrates ne donnaient pas les résultats bruts du scrutin.

Même si elle n’a pas revendiqué la victoire au cours de son discours, Mme Clinton a tenté de secouer ses partisans en se prononçant un discours très énergique, se montrant ferme dans la défense du programme politique démocrate, mentionnant l’assurance-santé, les changements climatiques, l’accessibilité à l’éducation et la protection des droits.

«Il est rare que nous avons vraiment l’occasion de vraiment confronter nos idées. Il est rare que nous devons réfléchir sérieusement à ce que doit être le Parti démocrate», a-t-elle affirmé.

Bernie Sanders, vigoureux lui aussi, a été accueilli comme un véritable héros par ses nombreux partisans qui ont scandé son prénom à de nombreuses reprises. «Il semble que nous sommes sur un pied d’égalité virtuel. Nous allons obtenir environ la moitié des délégués», a-t-il lancé sous les acclamations de la foule.

«La population de l’Iowa a lancé un profond message à l’establishment politique, à l’establishment économique et à l’establishment médiatique. Nous avons terminé des politiques de l’establishment. Les Américains, qu’ils soient libéraux, conservateurs ou modérés, ont dit qu’ils ne voulaient plus d’un système financier corrompu. Êtes-vous prêts à entendre une idée radicale ? Nous allons créer une économie qui fonctionnera pour les familles, les travailleurs, pas pour les milliardaires.»

M. O’Malley a annoncé qu’il mettait un terme à sa campagne, selon des sources proches de son organisation.

Il n’est pas le seul à voir son rêve s’envoler dans le ciel de l’Iowa. Un candidat républicain Mike Huckabee a indiqué sur son compte Twitter qu’il mettait un terme à sa deuxième tentative d’être choisi par les républicains pour se faire élire à la Maison-Blanche.

Les électeurs démocrates élisaient 44 délégués en vue du congrès de leur partie qui choisira ultimement le candidat de leur parti à la présidentielle. Les républicains, eux, en choisissaient 30. Étant donné la population relativement faible de l’Iowa, un autre prix attendu ce soir est la publicité et les dons qui en découleront, à l’approche des primaires du New Hampshire et des autres votes.

L’Iowa n’est pas nécessairement représentatif du pays, notamment en raison de sa population peu diversifiée. Les deux derniers candidats républicains à y gagner un caucus, l’ancien gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee et l’ancien sénateur de la Pennsylvanie Rick Santorum, ont manqué de souffle durant le reste de la course. À l’opposé, la victoire surprise de Barack Obama en 2008 lui avait été très utile.

 

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Les commentaires sont fermés pour cet article.