Des rescapés du Bataclan reviennent dans la salle de concert

Il y a celui qui s’est figé, ceux qui ont refait le chemin emprunté ce soir-là pour échapper aux jihadistes dans la salle de concert parisienne du Bataclan. Depuis quelques mois, des rescapés peuvent revenir sur les lieux de l’attentat du 13 novembre 2015.

«J’avais quitté un Bataclan monstre sanguinaire avec des dents qui essayaient de me bouffer», se souvient Caroline Langlade, vice-présidente de l’association de victimes Life for Paris. «Et c’était juste une salle avec des murs où il s’est passé quelque chose de tragique. C’est pas le bâtiment qui est tragique», poursuit-elle.

Les escaliers qu’elle avait montés pour se réfugier dans les loges étaient dans ses souvenirs en colimaçon et en bois. Sur place, elle s’aperçoit qu’ils sont «comme ils ont toujours été: droits et en béton».

Avec une autre organisation de victimes, l’association de Caroline Langlade a organisé depuis mars des «moments de recueillement, confidentiels et intimes» pour les rescapés du commando djihadiste entré au Bataclan en plein concert des Eagles of Death Metal.

Début mars, près de 130 personnes avaient participé à la première session, une seconde en a rassemblé 260 début octobre. Certains sont venus de loin: États-Unis, Pays-Bas, Écosse, Espagne…

Le 13 novembre 2015, 90 spectateurs avaient été tués par trois djihadistes pendant une interminable prise d’otages tandis que deux autres commandos semaient la mort ailleurs dans Paris et aux abords du Stade de France. Au total 130 personnes avaient été tuées dans les pires attentats jamais commis en France.

«L’issue de secours était à sept mètres, mais dans mes souvenirs ça me paraissait une distance infinie», raconte aussi Maureen, 28 ans, qui avait besoin de «reprendre possession des lieux»: «j’y retourne, ça ne m’est pas imposé, c’est une forme de victoire sur ce qu’on a vécu ce jour-là».

Selon une organisatrice, «certains ont été jusqu’à s’allonger dans la fosse, à ramper pour refaire le chemin, se placer là où ils s’étaient cachés».

Cette réappropriation de l’espace a un «effet apaisant», constate Florence Deloche-Gaudez de la cellule d’urgence médico-psychologique, présente à chaque visite. Cela «a pu leur faire revivre l’événement, leur faire ressentir les sensations: les bruits, les odeurs, les images, la peur… Certains se sont figés, d’autres allaient et venaient, refaisaient le chemin parcouru».

Mais, explique-t-elle, les rescapés «ont pu s’y préparer» et étaient accompagnés par des psychologues. Ils «pouvaient aussi échanger avec d’autres victimes présentes», souvent «des agents de la sécurité du Bataclan qui répondaient à leurs questions», rapporte Florence Deloche-Gaudez.

Elle juge que «pour eux qui ont vécu une expérience réelle de la mort, cela aide à sortir de l’impuissance, à atténuer le traumatisme». Certaines «personnes endeuillées voulaient se placer à l’endroit même où leur proche est décédé».

Une heure à l’intérieur

Dès janvier, certaines victimes avaient exprimé le souhait de revenir au Bataclan. Une demande à laquelle ont répondu les associations de victimes, en toute discrétion.

Par groupes de cinq ou six, les victimes ou proches de personnes tuées ont pu pénétrer dans la salle encore en travaux. Sur place, une dizaine de psychologues, des pompiers, un quartier bouclé. Et des victimes qui restent «parfois jusqu’à une heure», explique-t-on à Life for Paris.

Quelques bougies, mots ou fleurs sont déposés. Le Bataclan, qui rouvrira en novembre, explique avoir «essayé de respecter les différentes demandes des victimes, d’y répondre quand c’était possible».

Certains doutaient de l’effet d’un tel retour. «Quand on fait une démarche comme ça, on ne sait pas du tout ce que ça va nous apporter. En sortant, je me suis sentie plus sereine… Ça peut paraître morbide, mais ça participe de la reconstruction», reconnaît Maureen.

Florence Deloche-Gaudez évoque aussi «tous ceux qui ne pouvaient pas, ne voulaient pas venir», «ceux qui disent « je ne mettrai plus les pieds au Bataclan, pour moi c’est un cimetière, c’est une fosse »».

Et ceux qui préfèrent d’autres circonstances, comme Anthony, 37 ans: «le Bataclan, je veux y retourner pour des concerts, et surtout pas entouré de victimes. Chacun vit son truc».

Après les attentats, certaines victimes avaient pris pour habitude de se rendre quotidiennement devant le Bataclan pour s’y recueillir. Passants, touristes et riverains venaient également en pèlerinage devant la salle, déposant sur le trottoir bouquets, bougies, dessins, peluches et messages.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.