Canada : Après une vague de suicides, une communauté autochtone déclare l’état d’urgence

La Première Nation crie Pimicikamak (Cross Lake), une communauté du nord du Manitoba, déclare l’état d’urgence après une vague de suicides.

Six personnes se sont enlevé la vie depuis le 12 décembre. La chef par intérim Shirley Robinson dit que la communauté est consternée et a besoin d’aide. Parmi les victimes, cinq étaient des élèves du secondaire. La sixième était une mère de trois enfants, dans la trentaine.

Une marche pour la prévention du suicide organisée par la Première Nation Pimicikamak

Une marche pour la prévention du suicide organisée par la Première Nation Pimicikamak – Photo Facebook

La chef Robinson dit que cette dernière mort l’a particulièrement troublée, car la victime est sa cousine germaine.

Le directeur de l’école secondaire, Gordon Hum, assure que son personnel surveille de près les élèves. Il indique que deux jeunes de l’école ont tenté de se suicider mardi soir.

Le personnel de l’établissement doit se réunir mercredi afin d’élaborer un plan de surveillance pour les élèves à risque.

Un pacte de suicides?

Selon Shirley Robinson, il y a eu 140 tentatives de suicide ou pensées suicidaires exprimées depuis le 12 décembre, jour du premier suicide. Par ailleurs, elle indique que 170 enfants sont sur une liste de surveillance à l’école secondaire.

« J’ai entendu parler d’un pacte de suicide. Cela nous est déjà arrivé dans les années 80, et nous avons dû surmonter cela tous ensemble. Cette fois, toute la communauté a pris un coup. »

Elle ajoute que les professeurs, les infirmières et les travailleurs en santé mentale sont épuisés, et appellent à l’aide.

« Il est temps que les politiciens se rassemblent et essaient de répondre à nos besoins. Il y a des fois où on a le sentiment de vivre dans le tiers-monde, déclare-t-elle. Si une telle situation se produisait dans une ville, tout le monde serait sur place rapidement. Nous voulons la même chose pour notre peuple, pour nos jeunes. »

Le sort de la communauté a été soulevé mercredi à l’Assemblée législative du Manitoba. Le Parti conservateur a accusé le gouvernement de ne pas faire assez pour éviter les suicides dans la Première Nation de Cross Lake. La ministre des Services à la famille Kerri Irvin-Ross a qualifié ces suicides de « problème tragique et dévastateur ». Elle a répondu que le NPD a une stratégie « solide » qui passe notamment par des programmes récréatifs. Radio-Canada

Mots clés:
·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.