Argentine : les bourreaux de sa fille condamnés 38 ans après

Rosa Roisinblit, 97 ans, redoutait de mourir avant, mais la vice-présidente des Grands-Mères de la Place de Mai, en Argentine, a assisté jeudi à la condamnation de trois militaires jugés pour la disparition de sa fille enceinte, en 1978.

«Je vois que la justice tarde, mais arrive», a déclaré en sortant de la salle d’audience Rosa Roisinblit, qui avait porté plainte contre l’État argentin il y a 37 ans, en pleine dictature militaire.

Un tribunal de Buenos Aires a condamné l’ancien commandant en chef de l’armée de l’air Omar Graffigna, 90 ans, et le colonel Luis Trillo, 75 ans, à 25 ans de prison. Un officier du renseignement militaire, Francisco Gomez, a écopé d’une condamnation à 12 ans.

Rosa Roisinblit

Rosa Roisinblit

Patricia Roisinblit et son compagnon José Pérez dont elle attendait un enfant ont été enlevés en octobre 1978. Pendant la dictature de 1976 à 1983, des milliers d’Argentins ont été supprimés par le régime militaire.

Mariana et Guillermo, les deux enfants du couple disparu, étaient aux côtés de leur grand-mère à l’énoncé du verdict. Guillermo a été mis au monde dans un centre de torture de Buenos Aires avant que sa mère soit tuée.

«J’ai vu mes petits-enfants, ils m’ont serrée dans leurs bras et ont pleuré avec moi, confie la vieille dame. C’est un moment de grande émotion. Un peu de larmes et un peu de satisfaction. La lutte continue, car de nombreux enfants n’ont pas été retrouvés».

Sur les 400 bébés volés de la dictature, confiés en adoption à des proches du régime militaire, environ 120 ont été identifiés et ont pu connaître leur famille biologique.

Source : AFP

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.