Apple dévoile deux nouveaux iPhone

«C’est le meilleur iPhone que nous avons jamais créé.» C’est ainsi que le grand patron d’Apple, Tim Cook, a présenté le iPhone 7 et 7 plus mercredi, une formulation utilisée chaque fois que le géant américain présente une nouvelle mouture de son téléphone.

Apple a dévoilé mercredi deux nouvelles versions de son célèbre smartphone, l’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus qui ne posséderont pas la traditionnelle prise «Jack» qui fera place à un nouveau système.

L’iPhone 7 Plus est un peu plus grand et les deux appareils sont plus résistants que les modèles précédents, notamment à l’eau et à la poussière. Selon Apple, ils représentent «une grande percée dans la photographie».

iphone 7

Tim Cook a présenté le iPhone 7 mercredi à San Francisco. Reuters

«Les nouveaux iPhone ne généreront pas le même niveau d’intérêt parmi les consommateurs que les précédents iPhone, même si la demande initiale sera solide», prédit Karissa Chua, analyste chez Euromonitor.

Elle juge malgré tout qu’Apple devrait pouvoir jouer sur la force de sa marque pour obtenir des accords avec ses sous-traitants lui permettant de maintenir ses marges, et continuer par ailleurs à augmenter l’attrait de son écosystème avec des services comme Apple Pay.

Le prochain hit de la marque à la pomme se fait en effet toujours attendre, en dépit de rumeurs persistantes de projets dans la télévision, l’automobile ou la réalité augmentée.

L’exercice marketing représenté par le lancement du nouvel iPhone coïncide aussi avec une campagne d’Apple contre une facture fiscale de 13 milliards d’euros (14,5 milliards de dollars) qui vient de lui être présentée en Europe.

Son patron Tim Cook a qualifié de «foutaise politique» la décision de la Commission européenne, qui a exigé la semaine dernière le remboursement à l’Irlande, où le groupe dispose de son siège européen, de cette somme correspondant selon elle à des «avantages fiscaux indus».

Apple et le gouvernement irlandais ont décidé de faire appel, s’attirant les critiques véhémentes de l’opposition mercredi lors d’un débat parlementaire à Dublin. Gerry Adams, le chef du Sinn Fein (centre gauche), a estimé ainsi que les assurances du gouvernement qui se défend de tout favoritisme étaient «aussi crédibles qu’un tas de crottin de cheval».

Dublin veut maintenir l’image d’un pays favorable aux entreprises, doté entre autres d’un impôt sur les sociétés de seulement 12,5 %. Mais la Commission affirme qu’Apple a bénéficié d’un taux d’imposition sur ses bénéfices européens de seulement 1 % en 2003, qui a diminué jusqu’à 0,005 % en 2014.

Avec AFP

Mots clés:
· · · · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.