Canal+ voit ses stars partir , ses abonnés aussi

Les présentateurs vedettes quittent Canal+ les uns après les autres depuis l’arrivée à la tête de la chaîne cryptée de Vincent Bolloré. Dernier en date, Yann Barthès et son « Petit Journal ». Les abonnés suivent le même chemin et rien ne semble pouvoir freiner cette descente aux enfers.

Les signaux d’alarme se multiplient chez Canal+. Entre le départ de personnalités clefs et la poursuite de l’hémorragie d’abonnés, la stratégie de Vincent Bolloré, patron de la maison mère Vivendi, pour inverser la tendance est mise en doute.

Le présentateur du « Petit Journal » Yann Barthès, l’un des derniers représentants du mordant de l' »esprit canal », a annoncé cette semaine qu’il partait chez TF1. Quelques jours plus tard, Grégoire Margotton, commentateur sportif historique de la chaîne cryptée, a décidé de s’en aller. Le responsable du numérique du groupe Manuel Alduy devrait aussi quitter le navire avant l’été, sans qu’un successeur ait été annoncé.

Pendant ce temps, les abonnés continuent à faire défection. Les abonnements avec engagement à Canal+ et au bouquet Canalsat ont reculé de 183’000 au premier trimestre par rapport au dernier trimestre de 2015, à 8,28 millions. Cela représente une perte de plus de 400’000 clients sur un an.

Inquiétant aussi, les abonnements à CanalPlay, le service de vidéo en ligne qui devait faire pièce à l’américain Netflix sont aussi en retrait sur un an de 86’000 pour s’établir juste en dessous de 600’000.

https://youtu.be/57fyWfnl6Is

Deuxième semestre dans le viseur

Vivendi a promis de « nouvelles initiatives » pour regagner des abonnés en France. Et il affirme espérer commencer à remonter la pente au deuxième semestre. « Restez à l’écoute, nous vous en dirons plus avant l’été », a par ailleurs indiqué Arnaud de Puyfontaine, le président du directoire, à l’occasion de la publication de ses résultats trimestriels.

Côté contenus, la chaîne cryptée qui a perdu la Premier League (championnat anglais) de football à partir de la saison prochaine emportée par SFR, va pouvoir se refaire en partie grâce au Top 14 de rugby (championnat de France) sur la période 2019-2023.

Stratégie « risquée »

Le groupe semble tenté de sacrifier les programmes en clair pour doper l’offre cryptée réservée aux abonnés. Un choix risqué puisque les programmes en clair sont encore légèrement rentables grâce à des recettes publicitaires prévues à plus de 100 millions d’euros (110 millions de francs), et servent aussi de vitrine pour attirer de nouveaux abonnés.

Quant aux annonces de Canal+, elles restent pour l’heure suspendues à l’avis que devrait donner l’Autorité de la concurrence avant la fin du mois sur l’accord de distribution exclusive passé entre la chaîne et son concurrent Bein Sports.

Source : ATS

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.