Papa Wemba, star de la musique africaine et figure de la SAPE, meurt sur scène

Papa Wemba, chanteur congolais aux innombrables collaborations (Youssou’Ndour, Salif Keita ou Manu Dibango,…) est mort suite à un malaise survenu samedi soir, alors qu’il se produisait sur la scène du festival Femua à Abidjan (Côte d’Ivoire). Âgé de 66 ans, il a influencé des générations de musiciens africains à travers sa « rumba congolaise » et s’est imposé, dès les années 70, comme figure de la SAPE (Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes).

L’annonce de son décès, officialisée par les organisateurs du festival ivoirien, a suscité une vague d’hommages et d’émotions sur les réseaux sociaux. L’artiste « est mort dans la nuit », a déclaré à l’AFP Salif Traoré, dit A’Salfo, le leader du groupe ivoirien Magic System, promoteur du Femua. Son décès est survenu 20 minutes après qu’il eut chanté trois morceaux de son riche répertoire.

Le commissariat général du Femua a exprimé sa « profonde tristesse » et présenté « ses condoléances à la famille de l’artiste et au monde de la culture », dans un communiqué, transmis à l’AFP.

Papa Wemba, 47 ans de carrière musicale, était l’un des artistes africains de renom invités de la Femua 2016, première grande manifestation culturelle après l’attentat qui a fait 19 morts mi-mars dans la station balnéaire de Grand-Bassam.

Les hommages se sont multipliés notamment sur Twitter.

Cette nuit, la chaîne de télévision congolaise RTI1 retransmettait en direct l’édition 2016 du Festival des Musiques Urbaines d’Anoumabo, lorsque le chanteur s’est écroulé sur scène.

Catégorie de l'article:
Pure Info
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.