Un auto-stoppeur pète les plombs en « Nazi-Zealand »

Incapable de quitter un petite localité néo-zélandaise depuis 4 jours, un auto-stoppeur français a complètement pété les plombs. Il est accusé d’avoir perdu ses nerfs et a plaidé coupable mardi de dégradation devant la justice locale…

Le prévenu de 27 ans a disjoncté et s’est mis en colère après avoir tenté en vain de sortir de Punakaiki, localité touristique de moins de 100 habitants dans l’Île du Sud. Pour exprimer son mécontentement, il s’en est pris à des panneaux de signalisation, ont rapporté des témoins cités par la presse néo-zélandaise.

autostoppeur-1

Des témoins cités par Fairfax New Zealand ont raconté qu’il avait insulté des passants et arraché un panneau avant de le jeter dans un cours d’eau. L’intéressé a démenti l’avoir arraché, déclaré qu’il était déjà endommagé et conteste le montant des dégâts, selon la même source.

Il a plaidé coupable de dégradation de biens d’autrui, un chef passible de trois mois de prison mais le parquet a demandé 3.000 dollars néo-zélandais (1.960 euros) de dommages et intérêts, rapporte l’AFP.

Devant le tribunal de Greymouth (ouest), le jeune routard a lancé aux journalistes que le pays devait être rebaptisé « Nazi Zealand, pas Nouvelle-Zélande ». « Je ferais mieux de nager jusqu’en Australie », a-t-il dit à l’audience, expliquant que pendant quatre jours, il était resté sur le bord de la route sans que personne ne s’arrête, pas même pour lui proposer de l’eau.

Catégorie de l'article:
Pure Folie
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.