Le job à 400 000 dollars par an dont personne ne veut

Imaginez le job suivant : 400.000 dollars nets et douze semaines de congés par an, des semaines de quatre jours  et le poste de médecin assistant dans une clinique située dans une petite ville paisible. Bref des conditions de travail plutôt idéales et pourtant…personne ne semble vouloir occuper ce poste!

Tout commence par une offre de recrutement proposée il y a deux ans par la clinique de Tokoroa, à 200 kilomètres au sud d’Auckland en Nouvelle-Zélande. Les conditions de travail sont claires et plus qu’alléchantes : Week-ends libres, salaire élevé et congés payés. Le job consiste à devenir médecin assistant auprès du docteur Britannique Alan Kelly,  médecin de 61 occupant le poste depuis 30 ans . Pourtant, ce job ne trouve toujours pas preneur, comme l’indique le quotidien The New Zealand Herald.

Docteur Alan Kelly, 61 ans ne trouve pas de remplaçant

Docteur Alan Kelly, 61 ans ne trouve pas de remplaçant

Dépité, le docteur a déjà fait appel à quatre agences de recrutement, mais en vain. Il a exprimé son grand étonnement au New Zealand Herald et affirmé ne pas comprendre les causes de cet échec à dénicher une candidature. Il insiste d’ailleurs sur la générosité du salaire proposé qui représente , selon lui, le double de ce que gagnerait une médecin généraliste en Nouvelle-Zélande.

Débordé, Alan Kelly avoue ne plus savoir où donner de la tête car le nombre de patients ne fait qu’augmenter et qu’il ne trouve toujours pas de remplaçant. Obligé de renoncer à ses vacances, le docteur a récemment posté une nouvelle fois l’offre en ligne et compte sur cette campagne de communication pour booster la recherche de la perle rare. Il explique cette situation par l’absence d’étudiants de zones rurales dans la célèbre université de médecine d’Auckland qui ne recruterait que des enfants de familles riches peu désireux de bosser dans les petites villes.

On ne sait pas ce que vous en pensez mais cet argument ne nous semble pas très convaincant. Franchement, pour un premier emploi, les conditions ont plus qu’intéressantes.  Pour ceux qui se disent que la ville est peut-être louche , sachez que la moyenne d’âge à Tokoroa est de 44 ans, que la population est plutôt qualifiée et une petite recherche sur internet suffit pour voir que le coin ressemble à beaucoup de villes européennes et nord-américaines. Alors où est le problème? Mystère.

Catégorie de l'article:
divertissement · Pure FLOP
Publié par:

Les commentaires sont fermés pour cet article.