Des armes à feu pour la relâche : l’activité qui fâche

A l’heure où le débat sur le port d’armes fait rage dans le voisin du sud, au Québec, une affaire prend de l’ampleur.

Cette fois, il s’agit d’enfants et le modèle américain ne semble pas plaire à tout le monde. Et on le comprend.

Car, au lieu de chercher à divertir les enfants avec une activité stimulante et ludique, voilà qu’on leur propose de manipuler des armes à feu. Faut-il rappeler que dans certaines zones aux Etats-Unis, les armes à feu sont devenues la deuxième cause de mortalité infantile après les accidents de la route? Alors pourquoi promouvoir cette activité dangereuse dans la belle province ?

tir armes

Tout a commencé avec l’initiative de Jacinthe Thériault-Fortier, une citoyenne qui a porté plainte à la ville de Québec pour dénoncer ce qu’elle considère comme une activité banalisant la violence.

L’objet de cette plainte est une activité de tir au pistolet offerte gratuitement aux jeunes (14 ans et plus) durant la semaine de vacances. Cette activité est proposée dans le cadre du Festival de la jeunesse de Beauport aux jeunes qui peuvent ainsi s’initier au tir à l’arme de poing.

Trouvant cette activité inacceptable, cette mère de famille québécoise a confié à Radio-Canada son point de vue « Ça banalise ça et c’est déjà tellement banalisé dans les émissions de télévision. Là, on fait un pas de plus en disant : apprends aussi à t’en servir, apprends comment ça fonctionne ».

Notons que l’activité , objet de cette plainte, consiste , d’après la brochure de la Ville de Québec, à offrir aux jeunes participants l’occasion de se familiariser avec des pistolets et revolvers de calibre 22, 9 mm et 38, et ce, durant une heure. Proposée notamment les 5 et 6 mars prochains, cette initiative fait jaser malgré les arguments donnés par la Ville pour se défendre.

En effet, cette dernière a affirmé que cette activité organisée par le Club de tir de Beauport vise la promotion du tir sécuritaire sportif. Elle ajoute également que les séances sont encadrées par des officiels de tir qualifiés par la Fédération québécoise de tir agréés par le Bureau des armes à feu et que les parents peuvent y assister.

Loin de se contenter de cette réponse laconique, Jacinthe Thériault-Fortier, a lancé une pétition en ligne intitulée «Le tir n’est pas un loisir pour enfants» qui a été signée par 52 personnes à l’heure où l’on rédige ces lignes.  On y demande aux autorités municipales de cesser de promouvoir des activités incluant des armes à feu auprès des jeunes, et ce, même si elles sont supervisées.

Cette plainte divise et un débat semble lancé notamment sur les réseaux sociaux.

 

Mots clés:
· · · ·
Catégorie de l'article:
Pure FLOP
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.