Quand un examen de médecine promeut le sexisme ordinaire

La polémique a commencé avec le Tweet d’une étudiante en médecine qui a posté le message suivant : « Le harcèlement sexuel au travail fait beaucoup rire les médecins qui rédigent les examens blancs de ma fac. Honteux « .

Les étudiants de plusieurs facultés de médecine parisiennes passaient récemment un examen blanc. Les organisateurs de l’épreuve avaient, cependant,  essayé de rendre leur QCM « sympathique » et tenté de proposer des éléments « insolites » . Ces « attentions » n’ont pas fait plaisir à tout le monde car une question en particulier a provoqué le malaise. La question 37 stipulait:

« Une patiente de 35 ans reçoit une fessée sur son lieu de travail par son supérieur hiérarchique devant ses collègues. Elle consulte aux urgences. Vous réalisez : »

Cinq réponses étaient proposées aux étudiants : « un bilan somatique », « une déclaration d’accident de travail », « un bilan psychologique »,  « un certificat médical initial descriptif » et enfin : « Vous lui demandez d’aller au coin car elle n’a pas été sage. »

Cette réponse , qui n’a pas sa place dans un examen et qui est sexiste, a été postée sur Twitter par l’internaute Pauline (tte) avec cette légende : « Le harcèlement sexuel au travail fait beaucoup rire les médecins qui rédigent les examens blancs de ma fac. Honteux. »

La faculté n’a visiblement pas assumé son « trait d’humour » et a supprimé cette réponse sur la feuille de correction. 

Contactée par Slate, l’étudiante s’agace de l’état d’esprit très masculin et sexiste des facultés de médecine et cite un exemple entendu régulièrement en chirurgie : « Une fois, j’ai expliqué qu’il pouvait m’arriver de faire des malaises. On m’a répondu que j’allais me réveiller avec une bite dans l’oreille. »

Et dire que ces gens vont soigner…des femmes.

Mots clés:
· ·
Catégorie de l'article:
Pure FLOP
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.