Un média américain piège les athlètes gays de Rio et indigne la Toile

Le site américain The Daily Beast a soulevé une vive polémique suite à son initiative douteuse. Il a dû présenter ses excuses, jeudi soir, après avoir retiré un article qui a choqué les internautes et des athlètes présents aux JO de Rio. L’article en question révélait en effet l’homosexualité de certains sportifs présents sur l’application de rencontres Grindr, et ce, sans leur autorisation…

« L’autre discipline olympique de Rio : le « swipe » » titrait le Daily Beast ce jeudi matin. L’article est basé sur une pseudo-enquête réalisée par Nico Hines, jour­na­liste au tabloïd améri­cain The Daily Beast qui s’est inscrit sur Grindr, l’application de rencontres gays. Son objectif : « repérer » les athlètes qui l’utilisent pendant les JO de Rio.

daily beat grind

Le journaliste est allé encore plus loin en rapportant ses conversations avec certains sportifs tout en dévoilant des détails concernant ces derniers. Cette initiative est dangereuse car elle expose certains athlètes à des problèmes dans leurs pays puisque , faut-il le rappeler, plusieurs pays dans le monde ont encore des lois réprimant l’homosexualité.

Le journaliste a réussi à décrocher 3 rendez-vous en moins d’une heure, puis une dizaine d’autres. Sans filtre, il a relayé dans un papier les réponses reçues sans jamais donner les noms des spor­tifs concer­nés, il a cepen­dant décrit chacun des athlètes avec assez de préci­sions pour que l’on puisse les iden­ti­fier, souligne Gala.

L’article a été vivement critiqué sur les réseaux sociaux et par d’autres médias. Il a notamment été accusé de mettre en danger les athlètes qui pouvaient être reconnus grâce aux indications données par le journaliste.

grindr article 2

grindr article

Des sportifs gays, comme le skieur américain Gus Kenworthy, s’expriment sur l’irresponsabilité de l’article, accusant Nico Hines d’avoir « mis des sportifs en danger dans un article de merde. » Le nageur ouvertement gay Amini Fonua, originaire de l’archipel des Tonga où l’homosexualité est punie d’une peine de prison, s’est vivement exprimé sur Twitter.

Face à la polémique , le site américain a retiré l’article et a publié un édito sous forme de mea culpa indiquant , entre autres, que cet article ne correspond pas à leurs valeurs et à leurs aspirations journalistiques.

En attendant, le mal est fait et des captures d’écran sont déjà disponibles sur le Net.

Mots clés:
· · · ·
Catégorie de l'article:
Pure Buzz
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.