Selon Benzema, Deschamps «a cédé à la pression d’une partie raciste de la France»

Des déclarations qui risquent de faire couler beaucoup d’encre. Dans une interview au quotidien sportif espagnol Marca, Karim Benzema, a confié que Didier Deschamps a « cédé à la pression d’une partie raciste de la France » en ne le retenant pas pour l’Euro 2016…

L’attaquant du Real Madrid, meilleur buteur en activité de l’équipe de France, déclaré non sélectionnable en raison de sa mise en examen dans l’affaire du chantage à la sextape contre Mathieu Valbuena, appuie son propos en rappelant les récents succès électoraux en France du Front national, qu’il qualifie de « parti extrémiste ».

« J’ignore si c’est une décision seulement de Didier, parce que je m’entends bien avec lui, avec le président de la Fédération française de football et avec tout le monde », ajoute le joueur dans ces propos rapportés par l’AFP. « Ils m’ont déclaré non sélectionnable, bien. Mais sur le plan sportif, je ne comprends pas pourquoi, et sur le plan judiciaire, je ne suis pas encore jugé et je suis présumé innocent. Il faudra attendre que la justice se prononce », ajoute-t-il en réaffirmant son envie de jouer sous le maillot bleu.

« Dans cette histoire, la seule personne qui sait ce qui s’est passé, qui connaît la vérité, c’est Valbuena. Il a joué un rôle, il n’a pas dit la vérité. J’ai voulu l’aider, rien de plus et l’affaire s’est retournée contre moi », déclare Benzema au quotidien.

Ces déclarations rejoignent celles d’Eric Cantona, qui a estimé dans le Guardian que Deschamps avait écarté Benzema et Ben Arfa à cause de leurs « origines nord-africaines ».  De son côté, l’humoriste Jamel Debbouze a jugé dans le magazine France Football que Karim Benzema et Hatem Ben Arfa payaient la situation sociale du pays.

Catégorie de l'article:
Pure Buzz
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.