« Braless Warrior » : la convocation d’une lycéenne devient virale

Le Net l’a surnommé « Braless Warrior » (la guerrière sans soutien-gorge) . Kaitlyn Juvik, une jeune américaine de 18 ans, s’est engagée dans un combat pour l’égalité des genres suite à une histoire de soutien-gorge…

Kaitlyn Juvik  vient dans son lycée du Montana sans soutien-gorge. Mais voilà que le 25 mai dernier, la jeune américaine est convoquée dans le bureau du vice principal, après qu’un professeur s’est plaint de sa tenue qu’il juge inappropriée en cours, comme le raconte Les Inrocks. L’objet de cette convocation? La jeune fille est accusée de violer le code vestimentaire du lycée.

Une accusation plutôt étonnante car Kaitlyn Juvik portait un banal top noir à épaules nues, sous lequel elle a collé des autocollants empêchant de deviner la forme de ses tétons à travers le tissu de son vêtement. Indignée, elle a aussitôt posté un selfie pour montrer ce qu’elle portait ce jour-là.

soutien gorge

Cette convocation a provoqué une indignation de la part des autres lycéens et 2 jours plus tard, certains ont marqué leur sympathie à la cause involontairement défendue par Kaitlyn en venant à l’école sans soutien-gorge (pour les filles) tandis que les garçons, eux, en portaient un.

Cette mobilisation s’est propagée sur les réseaux sociaux avec notamment la création du groupe Facebook « No Bra, No Problem » (Pas de soutien-gorge, pas de problème) , lequel se définit comme « un mouvement pour l’égalité entre les genres, les droits des femmes, et pour le confort ».

La jeune fille, maintenant surnommée « The Braless Warrior » (la guerrière sans soutien-gorge) a été interviewée par plusieurs médias américains « Porter un soutien-gorge est un choix personnel, c’est mon corps. En quoi ça concerne les autres ? », demande-t-elle dans le magazine People, ajoutant : « Tant que rien n’est montré, et que les seins sont couverts, les filles devraient avoir le droit de ne pas porter de soutien-gorge ».

La chaîne KRTV a souligné que dans le règlement de l’école, aucun texte ne mentionne l’interdiction de ne pas porter de soutien-gorge.

Catégorie de l'article:
Pure Buzz
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.