Le profil type du jihadiste : célibataire, 26-27 ans, occupe job peu qualifié et ignorant la charia

Un centre de recherche militaire basé aux Etats-Unis, a rendu public le portrait-robot du candidat moyen au jihad. Certains révélations sont étonnantes…

Les chercheurs du Combating terrorism center (CTC) se sont basés sur les fameux «Daeshleaks» pour définir le profil du djihasdiste. Ce dernier correspond à un jeune homme, âgé de 26-27 ans, célibataire et occupant un emploi peu qualifié.

Les «Daeshleaks» présentés comme des documents provenant du groupe terroriste sont de véritables fiches d’embauche. Partant du postulat qu’ils sont authentiques, les chercheurs ont analysé 4600 documents. Le résultat est censé donner une idée du parfait candidat au jihad.

Les fiches de recrutement comportent 23 questions et les aspirants jihadistes doivent livrer des informations personnelles. Identité, profession, statut marital et niveau d’étude font partie de la liste.

Que disent les 4600 documents analysés ? Tout d’abord, le jihadiste type est âgé de 26-27 ans. La plupart sont célibataires (61%) contre 30% d’individus mariés.  Sur les 4 600 profils, 892 se sont dits pères de famille, avec au total 2 171 enfants déclarés sur les listes «DaechLeaks», soit une moyenne de 2,43 enfants par combattant, précise Le Parisien.

Concernant le parcours scolaire, 30% ont déclaré avoir suivi des études secondaires et 22% des études supérieures. Le niveau d’éducation des combattants est même supérieur à la moyenne des pays dont ils proviennent selon le rapport. Une donnée vient cependant nuancer ce constat. La majorité occupaient des emplois peu qualifiés voir précaires avant leur «changement de voie». Les deux-tiers étaient artisans, autoentrepreneurs, ouvriers, sans activité ou encore étudiants.

Ils étaient tout de même 5% à être très qualifiés et exerçaient en tant qu’ingénieurs, communicants ou enseignants.

On savait déjà que Daech recrutait à l’international. Ses soldats sont originaires de plus de 70 pays dans le monde. Arrivés principalement d’Arabie saoudite (579), de Tunisie (559) et du Maroc (240), les jihadistes viennent aussi de France (49), d’Allemagne (38) et même d’Australie (11).

Un autre élément ressort de ces documents : le manque de connaissance de la charia (la loi islamique) qu’a confessé une grande partie des aspirants terroristes. Seuls 5% ont assuré en avoir un niveau de connaissance «avancé».

Autre renseignement important, les candidats au martyr sont pas nombreux. Ils sont 12% à se dire prêt à mourir pour le jihad. Preuve que la plupart des recrues potentielles «rejoignent Daech pour vivre et non pour mourir» comme l’explique les auteurs de l’étude.

 

Mots clés:
· · ·
Catégorie de l'article:
Pure Buzz
Publié par:

Commentez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.